JFHOD

P20 - Comparaison des méthodes d'évaluation de la consommation d'alcool dans une population de patients hospitalisés à Ouagadougou (Burkina Faso)

Ouattara Zanga Damien, Sawadogo Appolinaire, Serme Abdel Karim, Koura Mali

Introduction

La consommation excessive d'alcool chez les patients est un facteur de risque cardiovasculaire et oncologique avéré dont la recherche devrait être systématique. L'objectif de cette étude était de comparer trois méthodes d'évaluation de la consommation d'alcool chez les patients hospitalisés au CHU-YO à Ouagadougou afin de contribuer à l'adoption d'une méthode appropriée pour le Burkina Faso.

Matériels et méthodes

Etude transversale et analytique conduite durant les mois d'Avril et Mai 2014 dans 14 services cliniques du CHU de Ouagadougou. Population de l'étude : Elle était constituée des patients hospitalisés durant la période d'étude et inclus successivement par un enquêteur. Le rythme de visites des services a été hebdomadaire, à raison de 7 services par semaine et ce pendant un mois ; soit 4 passages pour chaque service pendant un mois. Les critères d'inclusion étaient: patients adultes âgés d'au moins 18 ans; hospitalisés et consentant à l'enquête. Les critères d'exclusion étaient : patients en mauvais état général, patient ayant des troubles de la conscience ou de la mémoire. Les méthodes d'évaluation comparées étaient: le questionnaire AUDIT, le questionnaire DETA et la présence d'une macrocytose par la mesure du volume globulaire moyen (VGM) à l'hémogramme. Les normes OMS ont été utilisées comme gold standard.

Résultats

391 patients ont été inclus dans l'étude. Il y'avait 224 hommes (57,3%) et 167 femmes (42,7%) soit un sex ratio de 1,34. L'âge moyen était de 44ans (extrême 18 et 84ans) La tranche d'âge 30-50 était la plus représentative Sur 391 patients 135 (34,5%) étaient consommateurs d'alcool. L'âge moyen des consommateurs d'alcool était de 45 ans et celui des non consommateurs 43 ans. Cette différence d'âge n'est pas significative. P=0,41. Il n y avait pas de différence entre le statut performance OMS, indice de KARNOFSKI, le diagnostic ou le motif d'hospitalisation entre les consommateurs et les non consommateurs. Les hommes représentaient 72,5% des consommateurs d'alcool avec un risque relatif (RR) de 1,47 (p < 0,01). La bière industrielle était la plus consommée (63%) puis le dolo (33%) ensuite le vin (3%) et enfin l'alcool frelaté (1%). Les consommateurs de bière industrielle consommaient en moyenne 128 grammes d'alcool/semaine, ceux consommant le dolo environ 98g et ceux consommant le vin environ 37g. Selon les normes OMS, 31 (7,92%) patients avaient une consommation excessive d'alcool dont 8 (4,79%) femmes et 23 (10,27%) hommes. Selon le questionnaire AUDIT, 41 (10,49%) patients avaient une consommation d'alcool inappropriée (mésusage + dépendance) ; tandis que pour le questionnaire DETA 32 (8,18%) patients avaient une consommation excessive d'alcool. La comparaison de ces deux questionnaires par le test de McNemar retrouve 17 discordances avec un X2 = 4,76 ; p= 0,0245. Le tableau I illustre selon le sexe les résultats des questionnaires. En comparaison aux normes OMS, le questionnaire AUDIT avait une sensibilité de 84%, une spécificité de 96%, une valeur prédictive positive (VPP) de 63%, une valeur prédictive négative (VPN) de 98% et une performance de 90%. Le questionnaire DETA avait une sensibilité de 64%, une spécificité de 96%, une VPP de 62% une VPN de 97% et une performance de 80%. La consommation d'alcool était corrélée au VGM des patients avec un coefficient de corrélation de Pearson r = 0,29 (p< 0,01). La moyenne du VGM des non consommateurs et consommateurs modérés était d'environ 85,5fl et celui des consommateurs excessifs 90,5fl. La macrocytose utilisée pour la détection de la consommation excessive d'alcool au seuil de 95fl avait une prévalence de 15,16% soit 52 patients. Cependant elle présentait une sensibilité de 26,92%, une spécificité de 85,80%, une VPP de 13,46%, une VPN de 93,47% et une performance de 56,36% par rapport aux normes OMS. Par rapport aux résultats du questionnaire AUDIT sa sensibilité était à 30,5%, sa spécificité à 86,6%, sa VPP à 21,1%, sa VPN à 91,4% et sa performance à 58,6%. La sensibilité par rapport au questionnaire DETA était de 39,3%, la spécificité de 86,9%, la VPP de 21,1%, la VPN de 94,1% et la performance de 63,1%. La comparaison des questionnaires et de la macrocytose aux normes OMS est représentée dans le tableau II

Discussion

Le questionnaire AUDIT se révèle supérieur aux autres. En tenant compte des disparités (faux positif ou faux négatif) une combinaison des questionnaires serait une bonne stratégie pour un large ratissage.

Conclusion

La consommation nocive d'alcool est fréquente parmi les hospitalisés à Ouagadougou. Le questionnaire AUDIT complet est le plus performant pour le dépistage de la consommation excessive d'alcool. L'existence des discordances observées suggère qu'une combinaison avec le questionnaire DETA peut être utile pour un large ratissage. La macrocytose n'est pas un marqueur biologique sensible pour le dépistage.