JFHOD

P9 - Complications et pathologies associées de la maladie cœliaque de l’adulte

Hammada Talel, Berguellah Besma, Salhi Amina, Amri Zeggar Amira, Boumendjel Mustapha, Abada Khawla, Namous Sara, Belghazi Latifa, Kassama Zakia

Introduction

La maladie cœliaque(MC) est une entéropathie chronique auto-immune survenant chez des sujets génétiquement prédisposés ; Sa sévérité est liée au risque de survenue de certaines complications redoutables notamment malignes et la possibilité d’association avec d’autres pathologies qui partagent le plus souvent un terrain immunogénétique commun avec la maladie cœliaque mais leur pathogénie reste mal connue

 

Le but de ce travail était  de rapporter la fréquence  de ces complications et pathologies associées et de discuter leurs particularités physiopathologiques, thérapeutiques et évolutives.

Patients et Méthodes

C’est une étude prospective observationnelle et descriptive menée sur 3 ans du 1er Mars 2012 au 31 Décembre 2015, colligeant 78 cas de maladie cœliaque, le diagnostic était  posé sur des critères cliniques, sérologiques et histologiques.

Nous avons répertorié 56 cas de pathologies associées et 28 cas de complications.

 

Résultats

Dans notre  cohorte de patients atteints de maladie  cœliaque le sexe ratio (H/F) était égale à 0.54 avec un âge moyen  de 34ans , les pathologies associéés identifiées étaient : 19 cas d’hépatopathies  (24.3 %), 7 cas de thyroïdite auto-immune, 5 cas de diabète type I, 5 cas de maladie de Crohn, 5 cas d’asthme, 3 cas de syndrome de Gougerot- Sjogren, 3 cas de dermatite herpétiforme, 2 cas de polyarthrite rhumatoïde, 2 cas de Vitiligo, 2 cas de rectocolite hémorragique, 1 cas de maladie de Biermer, 1 cas de polyendocrinopathie auto-immune et 1 cas de sclérose en plaque.

Vingt neuf patients (37.1%) avaient des complications, il s’agissait de dénutrition sévère chez 7 cas, une thrombose veineuse chez 7 cas et une néoplasie chez 5 cas, une ménopause précoce chez 4 cas, une sprue réfractaire chez 2 cas, une ostéoporose réfractaire chez 1 cas, une aménorrhée primaire chez 2 cas et une myopathie carentielle chez 1 cas. Parmi les cas compliqués 16 patients étaient en écart de régime.

Dans notre cohorte, le bon suivi du régime sans gluten a permis une amélioration des formes compliquées chez 11 cas, il est noté une stabilisation  des pathologies associées chez 55.5% des cas apportant la preuve d’un lien de causalité entre ces affections et la MC

 

Conclusion

Le dépistage précoce et l’adhésion au régime sans gluten pourraient aider à améliorer le pronostic des pathologies associées et prévenir la majorité des complications liées à la maladie cœliaque.