JFHOD

P17 - Développement et validation d'un score électronique colorimétrique évaluant la qualité de la préparation d'une vidéocapsule endoscopique du grêle

Abou Ali Einas, Histace Aymeric, Camus Marine, Gerometta Rafaële, Becq Aymeric, Nion Larmurier Isabelle, Chaput Ulriikka, Marteau Philippe, Florent Chritian, Dray Xavier

Introduction

L'évaluation de la qualité de la préparation intestinale au cours d'une vidéo-capsule endoscopique du grêle (VCE) est un élément primordial à l'interprétation des résultats rendus. A ce jour, les classifications quantitatives et qualitatives proposées dans la littérature sont basées sur une appréciation humaine objective avec des corrélations inter et intra observateur médiocres. Le développement d'un outil objectif et reproductible évaluant la qualité de la préparation intestinale semble donc indispensable d'une part pour préciser la fiabilité des résultats d'une VCE, et d'autre part permettre l'étude de différents schémas de préparation. Objectif : développer et valider un indice colorimétrique de qualité de préparation intestinale (ICQPI), en définissant un seuil du ratio de pixels rouges/verts, de chaque image, corrélé à une bonne visualisation de la muqueuse.

Matériels et méthodes

Trente-trois VCE du grêle, normales et complètes, réalisées pour exploration d'un saignement digestif inexpliqué (SDI) étaient sélectionnées et anonymisées. Les séquences vidéo, issue d'enregistrement par SB2 Pillcam® (Medtronic) étaient tronquées pour ne conserver que les images grêliques (de la première image duodénale, à la dernière image iléale), puis converties dans un format vidéo universel (mpeg). L'ensemble des séquences étaient traitées par le logiciel MATLAB, déterminant le nombre de pixels rouges, verts et bleus de chaque image. Au total 2406445 images étaient extraites. L'ICQPI, définit comme le ratio de pixels rouges/verts, était calculé pour chaque image. Nous partions du principe que plus une image était « rougeâtre » plus la muqueuse était visible ; et a contrario plus une image était « verdâtre » plus il y avait de résidus est donc moins la muqueuse était visible. Vingt-quatre intervalles d'ICQPI étaient définis, de la valeur minimale du score à la valeur maximale (entre 0,95 à 2,15), avec une largeur d'intervalle de 0,05. Pour chacun des 24 intervalles, 12 images étaient sélectionnées de manière aléatoire, soit un total de 288 images. Ces 288 images étaient soumises, à deux reprises et selon un ordre aléatoire différent, à deux endoscopistes experts à l'insu des valeurs de l'ICQPI. Chaque expert devait juger la « bonne » ou « mauvaise » visualisation de la muqueuse pour chaque image. Trois classements concordants sur 4 déterminaient le classement définitif de l'image. En cas de discordance (2 images classées « bonnes » et 2 images classées « mauvaises » visualisation), ces images étaient rediscutées par les deux experts pour aboutir à une classification définitive. La sensibilité et la spécificité de l'ICQPI étaient calculées pour chaque seuil de 0,05, afin de déterminer celui présentant les meilleures performances diagnostiques (construction d'une courbe ROC). Ce seuil était validé par une deuxième phase, où 288 nouvelles images étaient sélectionnées selon les mêmes modalités, et soumises à deux autres endoscopistes experts. Une troisième phase consistait à étudier la variation de l'ICQPI par quartiles du grêle, appliqué à 24 autres séquences de VCE normales (différentes des 33 initiales). Une analyse de variance était réalisée sur cet échantillon.

Résultats

A l'issu de la première phase, 130 images sur 288 (45,1%) étaient jugées comme présentant une « bonne visualisation » de la muqueuse. Au terme de l'étape de développement, la valeur seuil de l'ICQPI à 1,6 avait la meilleure performance diagnostique pour discriminer une bonne d'une mauvaise visualisation de la muqueuse, avec une sensibilité à 91,0%, une spécificité à 91,0%. Les performances diagnostiques finales de l'ICQPI à 1,6 à l'issue de la phase de validation étaient : sensibilité 94,0 %, spécificité 88,0%. L'analyse de variance concluait à une diminution statistiquement significative de la proportion d'image avec ICQPI >1,6 du premier vers le quatrième quartile du grêle (p= 0,03).

Conclusion

Un score colorimétrique électronique, basé sur le ratio de pixels rouges/verts (ou ICQPI), ayant une valeur supérieure ou égale à 1,6 présentait les meilleures performances diagnostiques corrélées à une bonne visualisation de la muqueuse. Ce score objectif, simple et reproductible, permettrait d'apporter une précision sur la qualité de l'examen réalisé indispensable dans l'interprétation des résultats rendus, et autoriserait une comparaison objective de différents schémas de préparation intestinale.