JFHOD

P9 - Diagnostic des tumeurs sous muqueuses gastriques par échoendoscopie de contraste

Lefort Christine, Palazzo Laurent, Pujol Bertrand, Gincul Rodica, Fumex Fabien, Palazzo Maxime, Napoléon Bertrand

Introduction

L'échoendoscopie en mode contraste harmonique (EE-CH) avec Sonazoid® a été décrite comme utile pour la caractérisation des tumeurs sous muqueuses (TSM) et pour l'estimation de malignité en cas de tumeurs stromales (GIST). L'objectif de cette étude était de comparer l'échoendoscopie (EE) en mode B et l'EE-CH avec Sonovue® (seul agent de contraste ultrasonore disponible en Europe) pour différencier les TSM et évaluer le risque de malignité des GIST gastriques.

Patients et méthodes

Cette étude rétrospective a porté sur les dossiers des patients vus dans 4 centres entre avril 2009 et décembre 2014, pour un diagnostic de TSM gastrique et pour lesquels un enregistrement vidéo et une preuve définitive du diagnostic obtenu par ponction sous EE ou chirurgie étaient disponibles. Les bandes vidéo ont été relues en aveugle du contexte clinique, de l'aspect endoscopique et du diagnostic final par 5 échoendoscopistes seniors et 2 juniors lors d'une séance commune. L'EE-CH était comparée à l'EE en mode B pour le diagnostic différentiel entre le léiomyome et le GIST et l'évaluation des critères de malignité des GIST. Le diagnostic de léiomyome était porté en cas - de vaisseaux fins et réguliers +/- présence d'un hile vasculaire unique, - de rehaussement artériel absent ou discret et retardé (en comparaison de celui observé pour les GIST) avec « washout » veineux rapide. Les diagnostic de GIST était porté en cas de : vaisseaux multiples et larges, avec un rehaussement artériel rapide et un « washout » veineux lent. Les critères de malignité pour les GIST étaient : des vaisseaux irréguliers et/ou des zones non rehaussées.

Résultats

Il s'agissait de 56 patients avec un diagnostic final, incluant 42 GIST, 10 léiomyomes, 2 schwannomes, 1 pancréas aberrant et 1 métastase gastrique d'un cancer du rein. La malignité a pu être évaluée pour 41 GIST (40 patients opérés et un patient avec métastases hépatiques d'emblée), dont 11 considérées à haut risque de malignité (index mitotique >5 pour 50 HPF). Un consensus pour le diagnostic de léiomyome vs GIST a été obtenu pour 40 sur 52 patients (76,9%) pour l ‘EE et 42/52 (80,8%) pour l'EE-CH. Dans 9,5% (4/42), l'EE-CH a conclue au diagnostic de léiomyome, alors qu'il s'agissait de GIST de bas grade de malignité (< ou = 5 mitoses). Le risque de malignité des GIST était mieux estimé en EE-CH qu'en mode B avec une sensibilité, spécificité et performance diagnostique respectives de 82%, 81%, 81% et 55%, 81%, 74%. Les GIST à haut risque de malignité avaient un diamètre compris entre 20 et 100 mm (moyen 51 mm) et les GIST de bas grade un diamètre compris entre 15 et 100 mm (moyen de 36 mm). Parmi les 19 GIST de moins de 30 mm confirmées histologiquement (3 à haut risque de malignité et 16 de bas grade), 1 seule des 3 GIST de haut grade a été correctement évaluée par l'EE-CH et l'EE en mode B. Toutes les GIST de bas grade étaient correctement évaluées par l'EE-CH et l'EE en mode B.

Conclusion

L'EE-CH améliore le diagnostic de léiomyome, comparé au mode B standard. Compte-tenu des 9,5% de faux négatif de l'EE-CH pour le diagnostic des GIST (bas grade), le recours à la ponction guidée sous EE reste cependant indispensable pour confirmer le diagnostic des TSM gastriques. Pour le diagnostic de GIST à haut risque de malignité, la sensibilité de 100% obtenu avec le Sonazoid® n'est pas confirmée dans notre étude avec le Sonovue®, même si elle atteint 82%. La discussion entre observateurs a permis d'améliorer la sensibilité et la performance globale en EEC et ces résultats méritent d'être réévalués après une période d'apprentissage. Des futures études prospectives sont nécessaires pour évaluer l'impact de l'EE-CH dans la prise en charge des GIST de petite taille (< 3 cm).