JFHOD

P24 - Effet de l'ostéopathie au cours du syndrome de l'intestin irritable

Piche Thierry, Perez Gaetane, Marjoux Sophie, Ouvrier Delphine, Pishvaie Dorsa

Introduction

Environ 30 à 40 % des malades atteints de syndrome de l'intestin irritable (SII) s'orientent spontanément vers des médecines alternatives. Nous avons montré un bénéfice clinique de 2 séances d'ostéopathie rachidienne contre technique fictive au cours du SII (1) et de la maladie de Crohn en rémission avec inconfort digestif persistant (2). Les buts de l'étude étaient d'évaluer l'effet de techniques d'ostéopathie rachidienne mais aussi viscérales au cours du SII et de rechercher des différences entres les phénotypes du SII (C, Constipation, D, Diarrhée prédominante, A, alternance). 

Patients et Méthodes

Nous avons inclus prospectivement 38 malades (27 femmes, 11 hommes, 54±4 ans d'âge moyen, 7 SII-A, 13 SII-C et 18 SII-D). La sévérité du SII était appréciée par le score de Francis, l'anxiété et la dépression par l'échelle HAD, la fatigue par le Fatigue Impact Scale. La distension abdominale était mesurée par le périmètre ombilical en position debout et allongé. La sévérité du reflux gastro-oesophagien (RGO) était mesurée par le Reflux Qol. Les trois phénotypes de SII avaient des caractéristiques cliniques identiques (âge, durée de la maladie, sévérité du SII et des troubles psychologiques). Deux séances d'ostéopathie rachidienne et viscérale étaient effectuées à 15 jours d'intervalle et les malades étaient revus 15 jours après l'arrêt de l'ostéopathie (J30). Les malades ne modifiaient pas leur traitement de fond pendant l'étude. Les variations des paramètres étaient normalisées par rapport à J0. 

Résultats

Les malades inclus dans l'étude avaient un SII de sévérité modérée (score de Francis moyen 270±75). 31 malades SII avaient un RGO. A J15, la sévérité du SII diminuait de manière significative (270±75 vs 209±95, p<0,05) sans différence entre les phénotypes du SII. A J30, cette baisse était encore plus prononcée (175±81) avec un écart moyen du score de Francis de 94 (p<0,01) faisant évoluer les malades vers un SII de sévérité légère (score de Francis 75-175). L'effet le plus marqué était observé chez les malades SII-A. La sévérité de la fatigue diminuait de manière significative à J15 et J30 sans différence significative entre les phénotypes. La sévérité de la dépression tendait statistiquement à diminuer alors que l'anxiété n'était pas modifiée. Chez les 31 malades ayant un RGO, la sévérité du reflux n'était pas affectée. Le périmètre ombilical n'était pas significativement modifié sauf chez les malades avec constipation prédominante ou une baisse significative était observée (-7,3 et -7,9 cm respectivement à J15 et J30, p<0,05). 

Conclusion

Deux séances d'ostéopathie rachidienne et viscérale effectuées à 15 jours d'intervalle améliorent significativement la sévérité du SII et les troubles psychologiques jusqu'à un mois après la première séance. L'effet de l'ostéopathie est plus marqué dans le phénotype alternant. L'anxiété et le RGO n'étaient pas modifiés alors que le périmètre ombilical diminuait chez les malades avec constipation. Le bénéfice de manipulations viscérales seules mériterait d'être exploré pour mieux comprendre les mécanismes d'action de l'ostéopathie.

Remerciements, financements, autres