JFHOD

P4 - Evaluation de l'efficacité clinique et de la sécurité de la myotomie perorale endoscopique chez les sujets âgés de plus de 80 ans: éude retrospective international multicentrique sur 76 patients.

Pioche Mathieu, Chen Yen-I, Inoue Haruhiro, Ngamruengphong Saowanee, Ponchon Thierry, Rivory Jérome, Roman Sabine, Mion François, Kashab Mouen

Introduction

La myotomie perorale endoscopique (POEM) est actuellement une modalité de traitement reconnue et de plus en plus courante pour les patients ayant une achalasie. Cette technique est particulièrement attrayante car moins invasive que la myotomie chirurgicale de Heller chez les patients plus âgés ; Toutefois, les données sur le POEM chez les octogénaires (âge ≥ 80 ans) sont rares.

Patients et méthodes

Objectifs : (1) étudier les résultats cliniques chez les patients de 80 ans et plus qui ont subi un POEM pour achalasie et (2) évaluer les facteurs prédictifs associés au succès clinique et les événements indésirables (EI). Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective multicentrique internationale avec 8 centres tertiaires (4 US, 3 européenne, 1 asiatique). Tous les octogénaires consécutifs ayant bénéficié d'un POEM entre 2010-2015 ont été inclus. Les données de succès technique (myotomie complète), la réponse clinique (Eckardt score ≤ 3) et les complications (classés selon le lexique de l'ASGE) ont été évaluées.

Résultats

Un total de 76 patients (36 femmes (47,4 %) ; âge moyen 84 ans) a subi une poème pour le traitement de l'achalasie : 17,1 %, de type I, 35,5 % de type II, 17,1% de type III et non spécifiée de 30,3 %. 20 patients (26,3 %) présentaient des antécédents de dilatation pneumatique (DP), 10 patients (13,2 %) des antécédents d'injection de toxine botulique (BT) et 12 patients (17,1 %) avaient reçu à la fois des dilatations et des injections de toxine. Le score d'Eckardt moyen était de 7,0 ± 2,3 en pré-opératoire. Le Poem a été effectué avec succès chez 71 patients (93,4 %) avec un temps de suivi médian de l'intervalle de 256 jours. Le POEM a échoué chez 5 patients (6,9 %) (3 en raison de la fibrose sous-muqueuse) et 2 en raison de problèmes anatomiques (diverticules). La longueur moyenne de la myotomie œsophagienne et gastrique étaient respectivement de 10,0 cm ± 4.0 et 2,7 cm ± 0,8. Au total 14 effets indésirables sont survenus chez 11 patients (14,5 %) (3 mucosotomies, 3 pneumopéritoines symptomatiques, 3 pneumomédiastins symptomatiques, 2 fuites oesophagiennes, 1 arythmie cardiaque et 2 autres mineurs). La sévérité de ces effets indésirables était faible dans 78,6 %, modérée dans 14,3 % et 7,1 % sévère. Le succès clinique (en intention de traiter) était de 90,8 %. L'Eckardt moyen a diminué de 7,0 ± 2,3 à 0,8 ± 0,1 (p 0,001). Dans une analyse multivariée, aucun facteur prédictif de succès clinique ou d'effets indésirables n'a été identifié (âge, sexe, comorbidities). Un patient en échec du POEM a subi une myotomie de Heller dans les suites avec bonne réponse clinique et un autre patient a été traité par dilatation au ballon pneumatique sans succès.

Conclusion

Le POEM chez les plus de 80 ans est associé à une très discrète augmentation du taux d'échec et des adverse events mais son profil d'efficacité et de sécurité reste très bon avec plus de 90% de réponse Clinique au prix d'un effet indésirable grave. De ce fait, le POEM semble être l'option thérapeutique idéale pour les sujets âgés pour leur offrir une option efficace mais peu dangereuse.

Remerciements, financements, autres

Yen-I Chen, Haruhiro Inoue, Michael Ujiki, Peter Draganov, Paul Colavita, Francois Mion, John Romanelli, Alessandro Repici, Philip Chiu, Valerio Ballassone, Lava Patel, Ali Abbas, Dennis Yang, Christy Dunst, David Desilets, Roberta Maselli, Manabu Onimaru, Jun Nakamura, Yoshitaka Hata, Gulara Hajiyeva, Amr Ismail, Saowanee Ngamruengphong, Majidah Bukhari, Yamile Haito Chavez, Vivek Kumbhari, Mouen Khashab