JFHOD

P23 - La topographie de la douleur abdominale au cours du syndrome de l’intestin irritable (SII) oriente-t-elle vers un mécanisme physiopathologique associé au symptôme ? Résultat d’une étude prospective

Bril Laura, Melchior Chloé, Gourcerol Guillaume, Leroi Anne-Marie, Ducrotté Philippe

Introduction

Orienter la prise en charge du SII en fonction des anomalies physiopathologiques est une tendance actuelle. Mais les examens complémentaires fonctionnels sont peu accessibles et réservés à des centres tertiaires.  L’objectif de l’étude était d’évaluer si la topographie des douleurs lors du SII pouvait être prédictive du mécanisme physiopathologique sous-jacent. 

Patients et Méthodes

Tout nouveau consultant pour prise en charge d'un SII a été inclus prospectivement. Les patients devaient décrire la topographie habituelle de leur douleur abdominale sur un schéma d'abdomen divisé en 6 zones, sur lequel une ou plusieurs zones pouvaient être cochées. Un bilan systématique a comporté la recherche d’une hypersensibilité viscérale (distension par barostat rectal), d'une intolérance au fructose et d'une pullulation microbienne endo-luminale par un test respiratoire respectivement après charge en fructose (25g) et glucose (75g), et un dosage de la calproctectine fécale. 

Résultats

50 malades (femmes: 72 %), d’âge moyen 42,6 +15,7ans ont été inclus. Les proportions respectives de SII-D, SII-C et SII-M étaient de 58%, 22% et 20 % dans cette série. Les schémas ont permis de diviser les malades en 5 groupes : douleur colique droite (36 %), transverse (6 %), gauche (16 %), sus-pubienne (30%) et diffuse (12 %). L'hypersensibilité (54% des cas) était plus fréquemment observée en cas de douleur droite ou diffuse qu'en cas d'autre topographie (70.83 % vs 38.4 %, p=0.02).  Une intolérance au fructose existait dans 25 % des cas, une pullulation bactérienne dans 15 % et la calprotectine fécale, disponible seulement dans 33 cas sur 50 était élevée au dessus de 50 µg/g dans 33 % des cas. Aucune association significative n'a pu être démontrée entre la topographie douloureuse et les résultats de ces autres tests. Cependant, la calprotectine tendait à être plus souvent inférieure à 50 µg/g en cas de douleurs uniquement sus-pubiennes (p=0,07). 

Conclusion

Dans cette série, des douleurs diffuses ou localisées au colon droit sont plus souvent associées à une hypersensibilité viscérale sous-jacente. En cas de non disponibilité d'un test de distension par barostat, cette topographie pourrait inciter à débuter un traitement destiné à agir sur la sensibilité viscérale.