JFHOD

P7 - Les maladies auto-immunes associées à la maladie cœliaque de l’adulte : étude prospective à propos de 317 cas de maladie cœliaque

Boutaleb Amira Fatima, Saoula Houria, Aissaoui Madjda, Osmane Radia, Hamidouche Dalila, Salah Ahmed, Aissat Yakhlef, Zmiri Yacine, Mahiou Hassene, Malaoui Lyes, Hamchaoui Farida, Nakmouche M'Hamed

Introduction

Le but de ce travail est de déterminer la prévalence des maladies auto-immunes associées à la maladie cœliaque au moment du diagnostic  et au cours du suivi.

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude prospective, menée au niveau du service de Gastroentérologie du CHU Bab El Oued de janvier 2009 à janvier 2014. 317 patients cœliaques ont été diagnostiqués grâce à la sérologie et l’histologie. Les maladies auto-immunes recherchées systématiquement sont le diabète type 1, la thyroïdite auto-immune, les hepatopathies auto-immunes et les atteintes dermatologiques auto-immunes. 

Résultats

Les maladies auto-immunes sont retrouvées dans 18,3%, dominées par la thyroïdite auto-immune (5,4%), le diabète type 1 (2,5%), la dermatite herpétiforme (2,5%), la cirrhose biliaire primitive (1,9%), l’hépatite auto-immune (0,9%), le vitiligo (1,6%), le syndrome de Sjogren Gougerot (0,6%), le psoriasis (0,6%), l’anémie hémolytique auto-immune (1 cas) et la maladie d’Addison (1 cas). L’apparition des maladies auto-immunes ne diffère pas selon la forme clinique de maladie cœliaque. Elles précèdent le plus souvent (72,4%) le diagnostic de maladie cœliaque, dans 20,6% leur diagnostic se fait au même moment que celui de la maladie cœliaque et dans 12% des cas, elles surviennent au cours du suivi qui a une moyenne de 2,8 ans 

Conclusion

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune, elle peut s’associer à d’autres pathologies dysimmunitaires qu’il faut rechercher systématiquement pour un diagnostic et un traitement précoces.