Hémochromatose héréditaire HFE de type 1 : mettez vos malades sous inhibiteurs de la pompe à protons pleine dose pour réduire les saignées !
SNFGE SNFGE
 
Domaine concerné :
Thérapeutique
Degré d’innovation :
Important
Avancement :
Recherche clinique
Impact patient :
Impact soin :
Important
Intérêt :
arrivée dans la pratique :
Immédiat
 
 
rédacteur :
Professeur Philippe DUCROTTE
enthousiasme :
 
 
20/10/2017
 
  Sujet :  
 
  Hémochromatose héréditaire HFE de type 1 : mettez vos malades sous inhibiteurs de la pompe à protons pleine dose pour réduire les saignées !  
 
 

Cet essai thérapeutique a été bâti pour démontrer que la mise sous IPPs réduisait le besoin de saigner les malades homozygotes C282Y atteints d’hémochromatose héréditaire. 31 malades ont été randomisés pour recevoir soit du pantoprazole (40 mg/jour) ou un placebo pendant 12 mois. Une saignée était effectuée quand  la ferritinémie était > 100 μg/L. Le rythme des saignées a été significativement réduit sous  IPP (P = .0052). La réduction du nombre des saignées invite à considérer les IPPs comme un traitement additionnel utile du traitement standard de l’hémochromatose héréditaire. Clinicaltrials.gov: NCT01524757

 
 
Commentaires
 
 

La constatation lors d’études observationnelles d’une réduction de nombre de saignées chez les malades homozygotes HFE C282Y mis sous IPP a été à l’origine de cet essai. Les malades inclus dans cet essai devaient avoir besoin d’au moins 3 saignées par an. Ils ont été randomisés pour recevoir soit 40 mg/j de pantoprazole par jour, soit un placebo. La durée de suivi était fixée à 12 mois. Malgrè un recrutement inférieur à celui initialement envisagé (31 au lieu de 38), cet essai a confirmé le bénéfice des IPPs avec une réduction par 2 par rapport au groupe sans IPP du chiffre annuel des saignées indiquées pour maintenir une ferritinémie < 100 µg/L alors que les malades du groupe IPP avaient besoin avant l’essai d’un nombre de saignées supérieur à celui du groupe sans IPP. Cet essai belge confirme donc le bénéfice clinique que l’on peut attendre de cette mise sous IPP. Le mécanisme de l’effet demande à être compris car il ne peut s’expliquer seulement par une réduction de l’absorption intestinale pH dépendante du fer non héminique. La mise sous IPP pendant 12 mois va être rendue plus facile par la bonne tolérance de ce traitement démontrée par plusieurs essais récents.

 
 
  Références :  
 
Titre :   Hémochromatose héréditaire HFE de type 1 : mettez vos malades sous inhibiteurs de la pompe à protons pleine dose pour réduire les saignées !
Titre original :   Proton Pump Inhibitors Decrease Phlebotomy Need in HFE Hemochromatosis: Double-Blind Randomized Placebo-Controlled Trial
Auteurs :   Vanclooster Annick
Source :   Article
Revue :   Gastroenterology
Références biblio. :   Gastroenterology 2017;153 :678-80
 
     
     
  GastroScoop est un service de la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie www.snfge.org