JFHOD

P17 - Anémie et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Ryad Nabila, Ajana Fatimazahra, El Bakkali Mustapha, Haddouch Mouna, Essamri Wafae, Benelbarhdadi Imane, Afifi Rajae, Essaid El Feydi Abdellah

Introduction

L'anémie est le signe extradigestif le plus fréquent au cours de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) que sont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH). Le but de cette étude était de déterminer la prévalence de l'anémie chez les patients suivis pour MICI, d'étudier le mécanisme et les facteurs associés à l'anémie et sa réponse au traitement.

Patients et Méthodes



cette étude rétrospective avait inclus 814 patients atteints de MICI, dont 614 patients atteints de la maladie de crohn et 200 patients atteint de la RCH. Cette étude s'étalait sur une période de 14 ans. D'après l'OMS, l'anémie était définie comme suit : l'hémoglobine < 13 g/dl chez l'homme, l'hémoglobine < 12 g/dl chez la femme. L'anémie est considérée sévère si l'hémoglobine < 8 g/dl.

Résultats

L'âge moyen était de 37 ± 12 ans, avec une légère prédominance féminine (57,6%). La localisation de la maladie de crohn était essentiellement grêlo-colique chez la moitié de nos patients (51,1%), colique chez 32%, et grêlique chez 15% des patients. La localisation de la RCH était basse dans 53,5% des cas, gauche dans 18,5% des cas et pancolite dans 28,2% des cas. L'anémie a été retrouvée chez 354 patients ayant une maladie de crohn (69,5%) et 93 patients ayant une RCH (47%), le mécanisme de l'anémie chez ces malades a été résumé dans le tableau1 :

Tableau 1 : Mécanisme de l'anémie chez les malades atteints de MICI :

 

inflammatoire

ferriprive

mixte

Déficit

vit B121

Déficit

ac. Folique

Toxicité médicamenteuse2

  Crohn

209 (59%)

80 (23%)

20 (5,6%)

36 (10%)

4 (1,1%)

5 (1,4%)

RCH

55 (59%)

33 (35%)

5 (5,3%)

-

-

4 (4,3%)


1 déficit de la vitamine B12 chez des patients ayant bénéficié d'une résection de la dernière anse iléale.
2toxicité médicamenteuse secondaire au traitement par immunosuppresseurs (6-mercaptopurine).
Une analyse en régression logistique univariée et multivariée a montré que dans la maladie de Crohn, les Odds ratio (OR) de la l'anémie ont été augmentés avec l'âge jeune (OR = 0, 971 ; IC à 95% : 0,956-0,986 ; p <0,001), et la présence de fistules que ça soient interne ou externes (OR = 2, 005 ; IC à 95% : 1,980-4,101 ; p = 0,045). Dans la RCH, les Odds ratio (OR) de la l'anémie ont été augmentés avec l'âge jeune (OR = 0, 973 ; IC = 0,095-0,996 ; p = 0, 02), le sexe féminin (OR1, 870 ; IC = 1,054-3, 320 ; p = 0,03), et la localisation pancolite (OR = 2, 174 ; IC = 1,533-3,084, p = <0,001).
Les résultats de la conduite thérapeutique étaient comme suit : la transfusion pour une anémie sévère chez 20 patients ayant une maladie de crohn et 15 patients ayant une RCH. Le traitement par fer par voie orale a été instauré chez 86 patients ayant une maladie de crohn et chez 15 patients ayant une RCH et par voie injectable chez 141 malade ayant une maladie de crohn et 16 patients ayant une RCH, avec une amélioration de taux de l'hémoglobine de 1.02 g/dl et de la férritinémie. Pour les malades atteints de l'anémie par toxicité suite aux immunosuppresseurs, une diminution de la dose ou un arrêt définitif a été indiqué. L'anémie par carence en vitamine B12 et l'acide folique a été corrigé par une supplémentation de la carence.

Conclusion

Notre étude a montré que l'anémie est très fréquente chez les patients atteints de MICI, son mécanisme est complexe dominé par l'inflammation et la carence martiale absolue. Le contrôle de l'inflammation reste le pivot de traitement mais souvent insuffisant.