JFHOD

P.014 - « Animal naming test » est-il un outil fiable pour le diagnostic de l’encéphalopathie hépatique minime ? Résultats préliminaires d’une étude monocentrique

N. Elleuch, S. Hamdi, A. Ben Slama, A. Hammami, H. Jaziri, W. Dahmani, W. Ben Ameur, A. Braham, S. Ajmi, M. Ksiaa, A. Jmaa

Introduction

L’encéphalopathie hépatique minime (EHM) reste souvent sous-diagnostiquée au cours de la cirrhose. Le diagnostic positif repose sur des tests psychométriques difficiles et chronophages. L’«animal naming test » (ANT) est un nouvel outil simple proposé pour diagnostiquer l’EHM.

L'objectif de notre étude était d'évaluer l’apport diagnostique de l’ANT pour le diagnostic de l’EHM.

Patients et Methodes

Nous avons inclus 40 participants répartis en 2 groupes. Le premier groupe comportait 20 patients cirrhotiques sans encéphalopathie hépatique clinique.  Un deuxième groupe contrôle comportant 20 volontaires. Tous les participants ont réalisé l’ANT et le Stroop test.  L’ANT consistait à demander aux participants d’énumérer le maximum de noms d’animaux possible en une minute. Les résultats du Stroop test étaient interprétés selon les normes Tunisiennes établis par une étude multicentrique.  L'analyse statistique a été réalisée à l'aide du logiciel SPSS.

Résultats

L’âge moyen était 52,7 ± 12,1 ans. Il y’avait 21 (52,5%) femmes et 19 (47,5%) hommes. Pour les patients cirrhotiques, la cirrhose était d’origine virale dans 55% des cas. Elle était classée Child Pugh A dans 30 % des cas, B dans 45% des cas et C dans 25 % des cas. Le nombre d’années d’étude était supérieur à  8 ans dans 26 (65%) cas. Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes concernant l’âge, le sexe ratio ni le niveau d’étude. Le nombre d’animaux cités en une minute variait entre 9 et 30 (moyenne = 16,7). Le Stroop test était positif chez 10 patients (50 %) des cirrhotique versus un patient (5%) du groupe contrôle (p= 0,003). Un résultat de l’ANT inférieur à 15 était significativement corrélé à un Stroop test positif  avec un coefficient de corrélation de  0,905.  En Effet, les cirrhotiques ayant cités moins de 15 animaux lors de l’ANT avaient un Stroop test positif dans 90%  des cas indiquant la présence d’une EHM.

Discussion

Conclusion

Le « animal naming test » est un outil simple qui permettrait la détection des stades infra-cliniques d’encéphalopathie hépatique.  Une étude à plus large échelle serait nécessaire pour valider ce test. 

Remerciements