JFHOD

P100 - Anomalies électriques et écho-cardiographiques au cours de la cirrhose virale B

Gueye Mamadou Ngoné, Bassene Marie-Louise, Malick Bodian, Diallo Salamata, Thioubou Mame Aisse, Halim Ambdil, Fall Mariéme Paulel, Dia Daouda, Mbengue Mouhamadou, Ba Serigne Abdou, Diouf Lamine Mamadou

Introduction

La cirrhose, stade ultime de nombreuses hépatopathies chroniques, peut se compliquer d'une atteinte cardiaque spécifique nommée cardiomyopathie cirrhotique. Plusieurs études en occident se sont intéressées à l'atteinte cardiaque au cours de la cirrhose notamment celle d'origine alcoolique.En Afrique sub-saharienne où l'infection chronique par le virus de l'hépatite B (VHB) est la première cause de cirrhose, aucune étude à notre connaissance n'a évalué l'état du cœur au cours de la cirrhose virale B.
L'objectif de ce travail était d'étudier les anomalies électrocardiographiques et échocardiographiques des patients atteints de cirrhose virale B et d'identifier leurs déterminants.

Patients et Méthodes

Il s'agissait d'une étude prospective incluant 60 patients présentant une cirrhose virale B. N'ont pas été inclus dans l'étude, les cirrhotiques ayant : une cardiopathie préexistante connue ou une cause connue de dysfonction myocardique ; une co-infection virale C, D ou VIH ; une notion d'alcoolisme chronique.Nous avons recueilli et analysé les données épidémiologiques, cliniques, biologiques, électrocardiographiques et échocardiographiques (mode TM et 2D avec étude doppler) de tous les patients.

Résultats

L'âge moyen était de 39,8 ans et le sex ratio de 1,6. L'ascite était la principale circonstance de découverte de la cirrhose. L'examen objectivait une hépatomégalie d'allure cirrhotique dans 61,5% des cas et des signes d'hypertension portale dans 94%. La cirrhose était classée Child B dans 52,2% des cas et Child C dans 33%.Les principales anomalies objectivées à l'ECG étaient : des troubles du rythme et de la fréquence cardiaque à type de tachycardie sinusale dans 28,3% des cas, de bradycardie sinusale dans 6,7% ; des hypertrophies électriques essentiellement une HVG (61,7%) et une HAG (35%) ; des anomalies électrophysiologiques avec un allongement de l'intervalle QTc dans 40% des cas. L'analyse statistique montrait une association significative entre la sévérité de la cirrhose et l'allongement du QTc (p = 0,01, RR = 2 ; IC = 0,24 - 0,341).L'échocardiographie mettait en évidence : une dilatation du ventricule gauche et de l'oreillette gauche respectivement dans 58,3% et 30% des cas ; une hypertrophie du septum interventriculaire dans 26,6% des cas ; un hyperdébit cardiaque dans 43,3% des cas avec un débit moyen de 6,05 l /min et des extrêmes de 3,7 l/min et de 10,8 l/min. Une association entre la gravité de la cirrhose et l'hyperdébit cardiaque était objectivée : p = 0,003 ; IC : 95% (2,883-38,58) ; RR = 2. Une dysfonction diastolique était observée dans 20 % des cas ; une dysfonction systolique du ventricule gauche dans 3,3% des cas. Au total, 14 patients (23,3%) présentaient une cardiomyopathie cirrhotique latente.

Conclusion

La cirrhose virale B à l'instar de la cirrhose alcoolique peut induire des anomalies cardiaques diverses. Ces anomalies sont essentiellement morphologiques et électrophysiologiques et leur gravité semble corrélée à la sévérité de la cirrhose.

Remerciements, financements, autres

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêt.