JFHOD

CO.046 - Atézolizumab + bévacizumab versus sorafénib chez des patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire non résécable : résultats de la tolérance de l’étude de phase III IMbrave150

M. Ducreux, A. Zhu, S. Qin, M. Ikeda, T.Y. Kim, H.Y. Lim, M. Kudo, V. Breder, A. Kaseb, D. Li, W. Verret, D. Xu, S. Hernandez, J. Liu, H. Shao, A.L. Cheng, R. Finn, P. Galle, P. Merle

Introduction

Dans IMbrave150, atezolizumab (atezo)+bevacizumab (bev) a montré une amélioration statistiquement et cliniquement significative par rapport à sorafénib (sor) pour les co-critères d'évaluation principaux de la survie globale (OS; HR 0,58 [IC 95%, 0,42–0,79; p=0,0006]) et la survie sans progression (PFS) selon l’évaluation du comité de revue indépendant par RECIST 1.1 (HR 0,59 [IC 95%, 0,47-0,76; p<0,0001]) chez 501 patients (pts) atteints d’un carcinome hépatocellulaire non résécable (CHC) n’ayant pas reçu de traitement systémique préalable (tx). Nous rapportons ici les données de tolérance d’IMbrave150 (NCT03434379).

Patients et Methodes

Dans cette étude en ouvert, des pts CHC non résécable, naifs de tx systémique ont été randomisés 2:1 pour recevoir atezo 1200 mg par voie intraveineuse (IV) toutes les 3 semaines (q3w)+ bev 15 mg/kg IV q3w ou sor 400 mg deux fois par jour jusqu’à toxicité inacceptable ou perte du bénéfice clinique selon l’investigateur. Les événements indésirables (EI) ont été évalués selon CTCAE version 4.0. Les EI d’intérêt particulier (EIIP) ont été définis par le promoteur en fonction du risque immuno-médié lié à atezo et d’autres médicaments de sa catégorie.

Résultats

Pour la tolérance, 329 pts ont reçu atezo+bev et 156 pts ont reçu sor. La durée moyenne de tx était de 7,4 mo pour atezo, 6,9 mo pour bev et 2,8 mo pour sor (tous, 0-16 mo). Les EI de grade (Gr) 3-4 se sont produits chez 57% des pts recevant atezo+bev et 55% des pts recevant sor. Les EI Gr 5 se sont produits chez 5% et 6% des pts, respectivement. Les EI ont entraîné l’arrêt d’atezo+bev chez 7% des pts et de sor chez 10% des pts. Dans les deux bras, la plupart des EIIP étaient de Gr 1-2. Les      EIIP Gr 3-4 d’atezo se sont produits dans 26% et 30% des bras atezo+bev et sor, respectivement. Plus de pts recevant atezo+bev (12%) ont nécessité un traitement par corticoïdes qu’avec sor (3%). Le taux d’hépatite était comparable entre les bras atezo+bev et sor (43% vs 40%, respectivement).

Discussion

Conclusion

Atezo+bev était généralement bien toléré chez les patients atteints de CHC et les EIIP immuno-médiés potentiels, la toxicité de l''inhibiteur des points de contrôle immun était gérable. Le profil de tolérance correspondait aux risques connus du tx étudié et de la maladie. L’efficacité positive et les résultats relevés par les patients d’IMbrave150 ainsi que ces résultats de tolérance suggèrent que atezo+bev devrait être considéré comme un tx qui change la pratique pour les pts CHC non résécables qui n’ont pas reçu de tx systémique préalable.

Remerciements