JFHOD

P.260 - Bithérapie versus quadrithérapie concomitante pour le traitement de l’infection chronique à Helicobacter pylori

A. Sabbek, N. Elleuch, A. Ben Slama, A. Hammami, H. Jaziri, S. Hamila, A. Braham, S. Ajmi, M. Ksiaa, A. Jmaa

Introduction

Le traitement de l’infection chronique à Hélicobacter pylori (HP) est confronté ces dernières années au problème d’antibiorésistance émergente, diminuant l’efficacité des schémas thérapeutiques adoptés à des taux inacceptables.

Le but de notre étude était de comparer le taux de l’éradication de HP après une quadrithérapie concomitante ou une bithérapie à forte dose.

Patients et Methodes

Il s’agissait d’une étude prospective colligeant les patients ayant consulté ou séjourné au service de gastroentérologie de Sahloul et ayant une infection chronique à HP documentée par l’examen histologique. Les patients étaient répartis de façon aléatoire dans deux groupes de traitement selon un ratio 1:1 : soit la bithérapie (B-14 : amoxicilline 1g x3 /jr + ésoméprazole 40 x2 /jr pendant 14 jours), soit la quadrithérapie concomitante (Q-14 : amoxicilline 1g x 2 /jr + clarithromycine 500mg x 2 /jr + métronidazole 500mg x 2 / jr + ésoméprazole 20 x 2 /jr pendant 14 jours). Le contrôle de l’éradication a été réalisé par deux méthodes : examen histologique et recherche d’antigène HP dans les selles.

Résultats

Cent vingt patients éligibles ont été inclus avec 60 dans chaque groupe. L’âge moyen était de de 49,5 ans ± 15,6 ans [18 - 78 ans] pour le groupe B-14 versus 42,2 ans ± 17,7 ans [18-76 ans] pour le groupe Q-14. Le sexe ratio était de 0,39 (H/F= 17/43) versus 0,46 (H/F=19/41) respectivement. Aucune différence statistiquement significative n’a été retrouvée entre les deux groupes concernant les caractéristiques sociodémographiques, les habitudes de vie, les facteurs de risques d’antibiorésistance primaire, l’indication de la fibroscopie oeso-gastroduodénale ainsi que les constations endoscopiques et histologiques. La B-14 a achevé un meilleur taux d’éradication de HP par rapport à la Q-14 en intention de traiter (78,3% versus 53,3%, p=0,004) ainsi qu’en per protocole (90,4% versus 65%, p=0,003) avec une différence statiquement significative. De même, l’observance thérapeutique ainsi que la tolérance étaient meilleures en cas de B-14 (p=0,001, p<0,0001 respectivement).

Discussion

Conclusion

La B-14 était plus efficace que la Q-14 pour l’éradication de HP avec une meilleure observance et une bonne tolérance.

Remerciements