JFHOD

P.194 - Caractéristiques épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques du carcinome hépatocellulaire sur foie de cirrhose chez la femme

K. Chabbouh, D. Issaoui, C. Baccouche, H. Kchir, H. Chaabouni, N. Maamouri

Introduction

Le carcinome hépato-cellulaire (CHC) est la tumeur primitive la plus fréquente du foie. La liaison entre cirrhose et CHC est indéniable. Le sexe masculin représente un facteur de risque indépendant de survenue de CHC sur foie de cirrhose. Le but de ce travail est de révéler les caractéristiques du CHC chez les femmes et de les comparer avec celles de l’homme.

Patients et Methodes

Nous avons mené une étude rétrospective sur une période de 5 ans (2013-2018) colligeant tous les patients ayant un CHC sur foie de cirrhose. Nous avons réparti les patients en 2 groupes selon le sexe. Les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques du CHC ont été comparés entre les 2 groupes.

Résultats

Nous avons colligé 37 patients répartis en 21 patients de sexe féminin (groupe 1) et 16 de sexe masculin (groupe 2).

Les étiologies de la cirrhose chez les femmes étaient déterminées dans 91% des cas répartis comme suit : virale C (81%), virale B (5%) et virale B+C (5%). Chez les hommes, les étiologies de cirrhose étaient réparties comme suit : virale C (43.8%), virale B (31.3%), alcoolique (12.5%), virale B+C+ alcoolique (6.2%) et post-sd de Budd Chiari (6.2%). Aucune différence significative n’a été noté entre les 2 groupes (p=NS). La cirrhose était classée Child A (42.8%), B (52.4%) et C (4.8%) pour le groupe 1 et classée Child A (56.25%), B (37.5%) et C (6.25%) pour le groupe 2 (p=NS). Les signes endoscopiques d’hypertension portale étaient retrouvés chez 76% des femmes et 87,5% des hommes (p=NS). Le taux de l’AFP était élevé chez respectivement 80.9% et 68.75% des patients du groupe 1 et 2 (p=NS). Le CHC était classé selon le score de BCLC, respectivement chez les groupes 1 et 2 en stade A (38.1% vs. 25%), B (28.6% vs. 43.75%), C (23.8% vs. 25%) et D (9.5% vs. 6.25%) avec une différence statistiquement non significative entre les 2 groupes (p= NS).

Le traitement était curatif chez 38% des femmes e 25% des hommes (p=NS).Il consistait en une thermoablation par radiofréquence chez 6 femmes et 2 hommes et en une alcoolisation chez 2 femmes et 1 homme. Une résection chirurgicale était indiquée chez un seul homme. Le traitement palliatif avait consisté en une chimioembolisation chez 6 femmes et 5 hommes. Chez 7 femmes (33.3%) et 7 hommes (43.75%) l’abstention thérapeutique était adoptée (p=NS).

La survie à 1 an était notée chez 57.1% des femmes et 50% des hommes. Deux femmes ont été perdues de vue (9.5%) contre 5 (31.25%) chez les hommes (p=NS).

Discussion

Conclusion

D’après notre étude, il n’y a pas de différence significative concernant les caractéristiques cliniques et thérapeutiques du CHC sur foie de cirrhose entre les hommes et les femmes. Ceci est probablement dû au fait que le CHC est découvert à un stade avancé rendant un traitement curatif non envisageable et le pronostic réservé.

Remerciements