JFHOD

CO.77 - Caractéristiques et prise en charge des patients atteints de lésions pré-néoplasiques gastriques en France : une étude monocentrique rétrospective sur une période de 15 ans

N. Chapelle, M. Péron, A. Bourget, J.F. Mosnier, S. Bruley des Varannes, Y. Touchefeu, E. Coron, E. Cauchin, T. Matysiak-Budnik

Introduction

La détection précoce du cancer gastrique et la surveillance des lésions pré-néoplasiques gastriques (LPG) sont les meilleurs moyens pour réduire la mortalité due à ce cancer de mauvais pronostic car souvent diagnostiqué à un stade avancé. Peu de données épidémiologiques ou cliniques existent sur les LPG en France. L’objectif de cette étude était d’analyser la fréquence, les caractéristiques cliniques, l’évolution à long terme et les modalités de suivi des LPG diagnostiquées dans un centre hospitalier universitaire français au cours d’une période de 15 ans. 

Patients et Methodes

Tous les patients ayant eu une gastroscopie avec biopsies gastriques entre 2000 et 2015 et chez qui des LPG (Gastrite Atrophique, GA, Métaplasie Intestinale, MI, Dysplasie de Bas ou Haut grade, DBG, DHG) ont été diagnostiquées histologiquement, ont été inclus rétrospectivement. Les données cliniques, endoscopiques, histologiques et de suivi ont été recueillies à partir des dossiers médicaux informatiques, et analysées par le logiciel SAS. 

Résultats

Entre 2000 et 2015, parmi les 16764 patients ayant eu une gastroscopie avec biopsies, 512 (60% d’hommes, âge médian 68 ans) avaient des LPG et ont été inclus dans l’étude. Les indications de fibroscopie initiale les plus fréquentes étaient : l’anémie (35%), une surveillance/contrôle (20%), l’hémorragie digestive (19%), des épigastralgies (17%) et l’altération de l’état général (10%). A la  fibroscopie initiale, 11 patients (2%) avaient une AG, 404  (75%) une MI, 86 (16%) une DBG et 11 (2%) une DHG. Chez 22 patients, les LPG étaient d’emblée associées à la présence d’un adénocarcinome gastrique (ADKG). L’infection à H. pylori était retrouvée chez 42% des patients. L’âge médian des patients corrélait avec la gravité des lésions : il était de 58 ans, 68 ans, 71 ans et 77 ans, chez les  patients avec GA, MI, DBG et DHG, respectivement (p=0.01). La muqueuse était décrite comme macroscopiquement normale dans 19% des cas (dans 20%, 22%, 7%, 19% des cas de GA, MI, DBG et DHG, respectivement.)

Parmi les 512 patients, 293 (57%) ont eu au moins une gastroscopie de suivi après un délai médian de 3,2 mois depuis le diagnostic initial.  Au cours d’une période médiane de suivi de 40 mois, 9 patients ont développé un ADKG, (dont 5 à partir de MI, 1 à partir de DBG et 3 à partir de DHG), soit un taux de progression vers le cancer de 1,8%. Par ailleurs, parmi 404 patients avec MI, 21 ont progressé vers une DHG et 2 vers une DBG.  

Discussion

Conclusion

Cette étude montre qu’en France : 1) La majorité des LPG sont découvertes lors d’une fibroscopie réalisée pour une anémie ou une hémorragie digestive, 2) la corrélation entre la description endoscopique et l’histologie de la muqueuse gastrique est mauvaise.  3) Il existe une corrélation entre l’âge et la gravité des LPG, 4) une progression de MI vers une dysplasie est observée chez 5,7% des patients. 5) Le taux de progression vers un ADKG dans cette population est de 1,8% 6) les modalités de surveillance des patients atteints des LPG sont hétérogènes et les recommandations actuelles sont peu suivies.

Remerciements