JFHOD

P.191 - Carcinome hépatocellulaire de novo après traitement par les agents anti-viraux directs : quelle incidence ?

A. Ben Mohamed, M. Medhioub, L. Hamzaoui, A. Khsiba, M. Mahmoudi, M.M. Azouz

Introduction

L'impact de la réponse virologique sur l'évolution des patients cirrhotiques post virale C traités  par des agents antiviraux à action directe (AAD) n'est pas encore bien établi. Quelques études ont récemment rapporté une augmentation de la  récurrence du carcinome hépatocellulaire (CHC)  ainsi que  l'incidence  du CHC de novo pendant  la première année après le traitement.

But : Le but de notre étude était d’évaluer l’incidence du carcinome hépatocellulaire chez les cirrhotiques post virale C traités par les AAD.

Patients et Methodes

: Il s'agit d'une étude prospective incluant les cirrhotiques traités par des AAD entre Novembre 2016 et Septembre 2018 et ayant eu un dépistage du CHC  par échographie abdominale chaque 6 mois.

Les schémas thérapeutiques utilisés étaient :

  • sofosbuvir+ledipasvir ± ribavirine pour le génotype 1
  • sofosbuvir+ribavirine pour le génotype 2.

Résultats

: Soixante-dix cirrhotiques âgés en moyenne  de 68,24 ±8,35 ans [36-85] étaient inclus. Ils étaient répartis en 54 femmes et 12 hommes (sex-ratio =0,22) .Quarante pour cent des patients étaient prétraités par bithérapie pégylée. La majorité des patients (95,7%) était infectés par un virus  de génotype 1b. La cirrhose était décompensée chez 15 patients (21,4%), elle était classée Child B chez 16 patients (22,85%) et Child C chez un seul patient (1,42%) avec un MELD moyen à 10,25 ±4,48 [8-35].Une hypertension portale était présente dans71,4% des cas. Deux patients avaient un CHC classé BCLC A ayant bien répondu à un traitement locorégional. La réponse virologique soutenue (RVS) à  12  semaines après la fin de traitement était de 100%. Pendant 22 mois de suivi, nous avons noté 2 cas de CHC de novo avec une incidence de 2,85 % et un délai moyen de survenue de 6 mois [4-8]. Les deux CHC était associés à un envahissement de la veine porte et classés  BCLC C.

Le  Child B de la cirrhose et la survenue antérieure d’une encéphalopathie hépatique,d’hémorragie digestive active et de  décompensation oedémato-ascitique étaient statistiquement associés à la survenue de CHC avec des p respectivement de 0,031,<0,001,<0,001 et <0,001.En outre le taux moyen de plaquettes était significativement plus bas dans le groupe de CHC (74500±2121,32 VS 119963,36 ±49757,32 ; p=0,02).

Discussion

Conclusion

Le traitement par les  AAD avec  RVS ne protège pas  de la survenue de CHC en cas de cirrhose avancée avec une incidence de 2,85% .

Remerciements