JFHOD

P127 - Cohorte NADEGE : données démographiques sur 343 patients atteints d’adénocarcinome de l’intestin grêle

Aparicio Thomas, Manfredi Sylvain, Tougeron David, Bouché Olivier, Pezet Denis, Mariette Christophe, Coriat Romain, Zaanan Aziz, Legoux Jean-Louis, Terrebonne Eric, Pocard Marc, Gornet Jean Marc, Lecomte Thierry, Guimbaud Rosine, Lombard-Bohas Catherine, Perrier Hervé, Balosso Jacques, Lecaille Cédric, Lavau-Denes Sandrine, Porneuf Marc, Luet Dominique, Locher Christophe, Fein Francine, Driffa Moussata, Afchain Pauline

Introduction

L'adénocarcinome de l'intestin grêle (AIG) est une tumeur rare pour laquelle il existe peu de données prospectives. L'objectif de la cohorte NADEGE (Cohorte Nationale d'ADEnocarcinomes du GrêlE) est de décrire les caractéristiques, la prise en charge et le pronostic des AIG chez des patients non sélectionnés au niveau national.

Patients et Méthodes

Inclusion prospective des AIG diagnostiqués entre janvier 2009 et décembre 2012. Les tumeurs ampullaires étaient exclues.

Résultats

365 patients ont été inclus, dont 343 avec données démographiques exploitables, dans 74 centres français. Le nombre médian de patient inclus par centre était de 2 [1-33]. Il y avait 59% d'homme, l'âge médian était de 63 ans [23-90]. La tumeur primitive était localisée dans le duodénum (50,4%), duodéno-jéjunum (8,7%), jéjunum (20,4%), iléon (16,1%) ou indéterminée (4,4%). La tumeur était peu différenciée (16,9%), moyennement différenciée (31,7%), bien différenciée (31,7%) ou indéterminée (19,5%). Une maladie prédisposante a été notée chez 65 (18,9%) patients : maladie de Crohn n = 30 (8,7%), syndrome de Lynch n = 20 (5,8%), polypose adénomateuse familiale n = 7 (2%), maladie coeliaque n = 6 (1,7%) et syndrome de Peutz-Jeghers n = 2 (0,5%). Les tumeurs étaient localisées et réséquées chez 186 (54%) patients, localement avancées et non résequées chez 19 (5,5%), métastatiques et réséquées chez 36 (10,5%), métastatiques et non réséquées chez 78 (23%) et indéterminées chez 24 (7%). Les 186 tumeurs réséquées sans métastases étaient de stade 0 chez 5 (2,5%) patients, de stade I-II chez 69 (37,1%) patients, de stade III chez 90 (48,4%) patients et indéterminées chez 22 (11,8%) patients. Une chimiothérapie adjuvante principalement par FOLFOX (86%) a été prescrite chez 16,4% des stades I-II, 55,6% des stades III et 27,7% des stades IV. Une chimiothérapie palliative a été prescrite dans 74% des cas de tumeur métastatiques, par FOLFOX dans 80% des cas. Selon la localisation du primitif duodénum/jéjunum/iléon, la tumeur était T4 dans respectivement 27%, 40% et 33% des cas, métastatique dans 33%, 29% et 36% des cas et peu différenciée dans 15%, 14% et 27% des cas. La tumeur primitive était iléale chez 77% des patients avec une maladie de Crohn et duodénale chez 40% des patients avec un syndrome de Lynch et 57% des patients avec polypose adénomateuse familiale.

Conclusion

La cohorte NADEGEest la plus importante étude prospective sur les AIG. Un taux élevé de maladie prédisposante est observé avec des différences selon la localisation tumorale. La chimiothérapie par FOLFOX est la plus utilisée en situation adjuvante et métastatique. Le suivi sera poursuivi jusqu'en 2015 pour déterminer des facteurs prédictifs de récidive et de survie.

Remerciements, financements, autres

Subvention de la fondation ARCAD, collaboration intergroupe GERCOR, FFCD, FRENCH, AGEO, UNICANCER, SNFGE.