JFHOD

CO.023 - Comparaison de différentes antibiothérapies séquentielles dans la pullulation microbienne du grêle

C. Melchior, C. Desprez, F. Wuestenberghs, B. Granveau, A.M. Leroi, G. Gourcerol

Introduction

Le choix de l’antibiothérapie dans le traitement de la pullulation microbienne du grêle (SIBO) reste débattu. La rifaximine a fait la preuve de son efficacité dans le syndrome de l’intestin irritable dans des études contrôlées, pais n’a pas l’AMM dans cette indication en France. Les autres antibiotiques n’ont jamais fait l’objet d’études contrôlées et sont donc prescrits de manière empirique. L’objectif de cette étude était de comparer l’efficacité de différentes antibiothérapies dans l’éradication du SIBO.

Patients et Methodes

Cette étude rétrospective a portée sur 240 patients présentant un SIBO diagnostiqué sur la base d’un test au glucose (75g) entre 2007 et 2019. Le test au glucose était considéré comme positif si l’un des 3 critères suivant était positif sur le taux de H2 et/ou de CH4 (1/augmentation de 20ppm 2/ augmentation de 10 ppm sur 2 échantillons consécutifs 3/ taux basal de plus de 20 ppm) et négatif si tous les critères étaient négatifs. Ces 240 malades étaient ensuite traités par antibiothérapie séquentielle (10jours/mois), le choix de l’antibiotique étant laissé libre au clinicien référent. Un nouveau test au glucose était réalisé en moyenne 148 +/- 8 jours après le premier test positif. Le critère de jugement principal pour tester l’efficacité de l’antibiothérapie était la négativation du second test au glucose. Chez 53 malades, les symptômes ainsi que le score de Francis et le score GIQLI ont pu être mesurés de manière prospective et en aveugle (c'est-à-dire sans connaitre le résultat du second test) avant et après l’antibiothérapie.

Résultats

Sur 240 malades avec un test au glucose positif, les données étaient exploitables chez 180 malades, l’antibiothérapie n’ayant pu être identifiée chez 60 patients (25%). Le choix de l’antibiothérapie s’est porté en première intention sur la norfloxacine (n=104), le metronidazole (n=56), sur une bi-antibiothérapie (metronidazole+norfloxacine) chez 14 patients et sur d’autres antibiotiques chez 6 patients (ofloxacine, furadantine, rifaximine, augmentin). Le test au glucose était négativé chez 52/104 (50%) malades traités par norfloxacine, 27/56 (48%) des malades traités par metronidazole, 10/14 (71% ; p=0.15) des malades traités par l’association metronidazole+norfloxacine, et 3/6 (50%) des malades traités par d’autres antibiotiques. La négativation du test était associée à une diminution du symptôme « ballonnement » (p=0.01) mais pas des autres symptômes (douleur abdominale, diarrhée), ni du score de Francis ou du GIQLI. Aucun paramètre clinique n’était amélioré chez les malades présentant un test positif après antibiothérapie de première intention. 24 patients ont reçu un traitement de seconde intention (metronidazole si échec de la norfloxacine: n=20 et norfloxacine si échec du metronidazole : n=4) et on été testés à nouveau par un test au glucose. L’antibiothérapie de seconde intention négativait le est chez 8/24 (33%) des malades.

Discussion

Conclusion

La norfloxacine et le metronidazole ont une efficacité comparable dans le traitement du SIBO. La négativation du test au glucose s’accompagne d’une amélioration du symptôme « ballonnement » mais pas des autres symptômes ni de la qualité de vie.

Remerciements