JFHOD

CO.095 - Comparaison de la survie et des complications après transplantation hépatique entre deux cohortes de patients de la région Nord-Ouest

M. Cheron, S. Sidali, G. Lassailly, O. Goria, G. Riachi, S. Dharancy, H. Montialoux

Introduction

Depuis 2013, les patients suivis au CHU de Rouen et nécessitant une transplantation hépatique (TH) sont adressés au CHU de Lille, conformément au schéma inter-régional d’organisation des soins mis en place, afin d’améliorer l’accessibilité à la greffe. Le suivi post-TH s’effectue ensuite de manière alternée entre les 2 centres, et principalement au CHU de Rouen après la 1ère année. L’objectif de cette étude était de rechercher l’éventuelle existence d’un impact du lieu de suivi (centre de greffe ou centre adresseur) sur la survie du patient et du greffon, et sur la survenue de complications post-greffe.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, observationnelle, menée entre le CHU de Lille et le CHU de Rouen ; elle concernait les patients transplantés hépatiques entre janvier 2013 et décembre 2018, dont le suivi post-TH a été recueilli jusqu’à juin 2020. Tous les patients rouennais ont été inclus et appariés de manière aléatoire en 1 : 2 avec les patients lillois.

Résultats

147 patients ont été inclus (49 patients rouennais et 98 patients lillois) ; 106 hommes (72,1%) âgés de 57 (50-62) ans. Les 2 groupes étaient comparables, et les indications de TH étaient les suivantes : 33,3% pour hépatopathie liée à l’alcool, 40,8% pour carcinome hépatocellulaire (CHC) et 25,9% pour une autre indication. Le taux de survie à 5 ans était à 80% dans le groupe rouennais et 79,9% dans le groupe lillois, sans différence significative entre les 2 groupes (p = 0,606). Il n’y avait pas différence significative quant à la survenue de complications post-greffe : retransplantation, rejet, infections avec hospitalisation, récidive de CHC, cancer, insuffisance rénale chronique, hypertension artérielle et évènement cardio-vasculaire.

Discussion

Conclusion

Cette étude suggère l’absence de risque à un suivi post-TH décentralisé et assuré essentiellement par le centre adresseur, sur la survie du patient et du greffon, et le dépistage des complications. Néanmoins, ces résultats ne dispensent pas d’un suivi régulier et d’une étroite collaboration à poursuivre au long cours avec le centre greffeur.

Remerciements