JFHOD

C.125 - Comparaison entre l’ustékinumab et l’adalimumab pour le traitement d’induction et d’entretien de la maladie de Crohn modérée à sévère : l’étude SEAVUE

M. Allez, P. Irving, B. Sands, T. Hoops, J. Izanec, L.L. Gao, C. Gasink, A. Greenspan, S. Danese, S.B. Hanauer, V. Jairath, T. Kuehbacher, J. Lewis, E.J. Loftus, E. Mihaly, W. Sandborn, O. Shchukina, J.S. Ellen

Introduction

Nous avons étudié l’efficacité et la tolérance de l’ustekinumab (UST) par rapport à l’adalimumab (ADA) pendant 1 an chez des patients (pts) naïfs de traitement biologique atteints d’une maladie de Crohn (MC) modérée à sévère.

Patients et Methodes

SEAVUE était une étude multicentrique, randomisée, en aveugle, à groupes parallèles, contrôlée par un traitement actif, menée chez des adultes présentant des scores d’indice d’activité de la MC (Crohn’s Disease Activity Index, CDAI) ≥ 220/≤ 450. Les patients naïfs de traitement biologique, ne répondant pas au traitement conventionnel/ne tolérant pas celui-ci et présentant un ulcère quelle que soit la taille à l’iléocoloscopie lors de l’inclusion étaient éligibles. Les patients ont été randomisés selon un rapport de 1:1 pour recevoir l’UST (6 mg/kg IV à l’inclusion, puis 90 mg SC toutes les 8 semaines [Q8]) ou l’ADA (160/80 mg SC à l’inclusion/S2, puis 40 mg SC toutes les 2 semaines [Q2]) selon les schémas approuvés aux États-Unis (pas de changements de dose). Le critère d’évaluation principal était la rémission clinique à la S52 (CDAI < 150). Les principaux critères d’évaluation secondaires étaient la rémission sans corticoïdes, la réponse clinique (diminution du CDAI de ≥ 100 points par rapport à l’inclusion), la rémission des composantes du CDAI rapportées par les pts (rémission des symptômes PRO­2 : score quotidien moyen de douleur abdominale ≤ 1 et nombre quotidien moyen de fréquence des selles ≤ 3) et la rémission endoscopique (score endoscopique simple de la MC [Simple Endoscopic Score in CD, SES-CD] ≤ 3/0 pour les pts avec un score = 3 à l’inclusion) à la S52 et la rémission clinique à la S16. 

Résultats

386 pts ont été randomisés dans les bras UST ou ADA. Les caractéristiques démographiques et pathologiques à l’inclusion étaient équilibrées entre les groupes et représentatives de pts atteints d’une MC précoce, modérée à sévère (durée médiane de la MC : 2,58 ans ; CDAI : 289,5 ; SES-CD : 8,0). À la S52, 65 % des pts traités par UST et 61 % des pts traités par ADA ont atteint la rémission clinique (Δ = 4,0 % ; IC à 95 %, -5,5 %-13,5 % ; p = 0,417). Les principaux critères d’évaluation secondaires, notamment la rémission endoscopique, étaient similaires entre les groupes, tout comme les taux de rémission aux points d’évaluation jusqu’à la S52. Quelques­uns des autres critères d’évaluation secondaires ont montré des différences numériques (non statistiques) entre l’UST et l’ADA. Parmi les pts traités par UST et ADA, 34,0 % et 40,5 % ont eu des infections, 2,6 % et 7,2 % ont eu des événements indésirables graves (EIG) d’aggravation de la MC, et 6,3 % et 11,3 % ont eu des EI ayant conduit à l’arrêt du traitement à l’étude, respectivement. Un patient traité par ADA a eu une TB pulmonaire active. Des réactions au site d’injection associées au traitement actif sont survenues chez 1,0 % des patients traités par UST et chez 10,3 % des patients traités par ADA. Globalement, 15,2 % des pts traités par UST et 23,6 % des pts traités par ADA ont arrêté le traitement avant la S52. Les raisons de l’arrêt étaient principalement le manque d’efficacité (UST, 2,1 % contre ADA, 5,1 %), les EI (UST, 5,7 % contre ADA, 10,7 %) et le retrait du consentement (UST, 5,8 % contre ADA, 5,1 %). La durée jusqu’à l’arrêt du traitement était plus longue avec l’UST qu’avec l’ADA (analyse post hoc).

Discussion

Conclusion

L’UST et l’ADA ont tous deux été très efficaces dans cette population de pts naïfs de traitement biologique. Les taux de rémission clinique à la S52 n’étaient pas significativement différents d’un point de vue statistique entre les groupes de traitement. Les taux d’arrêt du traitement étaient numériquement inférieurs pour l’UST. Les résultats en matière de tolérance étaient conformes à l’expérience antérieure pour les deux traitements.

Remerciements