JFHOD

P.217 - Confrontation du score NAFLD avec l'élastométrie mesurée par FibroScan® dans le diagnostic de la fibrose hépatique avancée

C. Makni, I. Doghri, L. Jmal, O. Bousnina, A.L. Belhaj, A. Jemal, L. Kallel

Introduction

Le score de fibrose NAFLD (Non-Alcoholic Fatty Liver Disease) est un test sanguin simple et gratuit classiquement utilisé dans l’évaluation non invasive de la fibrose hépatique chez des patients atteints d’une stéatopathie non alcoolique et pourrait renforcer l’apport du Fibroscan chez cette population, selon certains auteurs, tout en sachant que l’étude anatomopathologique reste la référence. L’objectif de notre travail était d’évaluer la concordance entre le Fibroscan et le score de fibrose NAFLD, dans le diagnostic de la fibrose hépatique avancée chez des patients présentant une hépatopathie chronique quelque soit son origine, en dehors de l’alcool.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude observationnelle, ayant inclus les patients présentant une hépatopathie chronique quelque soit son origine adressés pour étude de leur élasticité hépatique sur une période de 02 mois et chez qui les paramètres du score NAFLD étaient disponibles, à savoir l’âge, l’existence ou pas d’un diabète, l’IMC, le taux d’ASAT, d’ALAT, de plaquettes et d’Albumine. Le score NAFLD a été calculé sur la page web dédiée à cet effet. Chez ces patients, les deux techniques non invasives ont été confrontées pour ce qui est du diagnostic de la fibrose avancée. Celle-ci est suspectée sur un score NAFLD supérieur à 0,675 ou sur une élasticité supérieure à 9,7 Kpa au FIBROSCAN.

Résultats

Nous avons inclus 40 patients. Il s’agissait de 17 hommes (42,5%) et de 23 femmes (57,5%), d’âge moyen de 49,7 ans +/-14,5. L’IMC moyen était de 26,9 +/- 5,2 et 65 % de nos patients avaient une surcharge pondérale ou une obésité. Une origine virale B ou C était observée chez  62,5% des cas, une hépatite auto-immune dans 7,5% des cas et une NASH seule chez le reste de nos patients.

L’élasticité hépatique moyenne était de 10,33 Kpa +/-9,1. Parmi les patients inclus, 10 avaient une élasticité > 9,7 Kpa avec une moyenne de 24,1 Kpa+/- 8,84, résultat en faveur d’une fibrose avancée ou d’une cirrhose. Ces 10 patients avaient tous une thrombopénie avec un taux moyen de plaquettes de 93,5 106 +/- 39,4, argument confortant le diagnostic suspecté, à défaut de données histologiques.

En utilisant le score NAFLD, une fibrose avancée était suspectée chez uniquement 6 patients   (15 %) sur la base d’un score > 0,675. L’ensemble de ces 6 patients avaient une élasticité supérieure à 9,7 Kpa au FIBROSCAN (28,1 Kpa +/- 7,8).

En revanche, le score NAFLD n’avait pas pu suspecter la fibrose avancée chez les 4 autres patients sur les 10 ayant une élasticité > 9,7 Kpa au Fibroscan (moyenne de 18 Kpa). Deux de ces patients avaient déjà des signes endoscopiques d’HTP ce qui permettait de retenir le diagnostic avec certitude en l’absence d’histologie. Ces 4 patients avaient une sérologie virale B ou C positive avec une stéatose présente chez deux d’entre eux tel que déterminé par la fonction CAP du Fibroscan.

Enfin, aucun cas de fibrose avancée n’a été suspecté sur la foi du score NAFLD sans être décelé par le Fibroscan.

Globalement, une corrélation statistique significative a été observée entre le score NAFLD et l’élasticité mesurée par Fibroscan avec un coefficient kappa de 47,8 % et un p <0,001, pour le diagnostic de fibrose avancée.

Discussion

Conclusion

Même si l’apport du score NAFLD dans le diagnostic de la fibrose avancée paraît moindre que le Fibroscan, il semble néanmoins fortement corrélé avec ce dernier et pourrait donc conforter l’apport du Fibroscan dans la détection de la fibrose hépatique avancée et ce, quelque soit l’étiologie de l’hépatopathie sous jacente.  

Remerciements