JFHOD

CO0 - Coordination de la déglutition sur un modèle de lésion cérébrale induite chez le rat

Obled Stéphane, Pouderoux P, Gestreau C
But

Certains accidents vasculaires unilatéraux du tronc cérébral peuvent provoquer des troubles moteurs bilatéraux de la déglutition. En dépit de ces constatations cliniques, les mécanismes neurophysiologiques responsables de la coordination motrice bilatérale de la déglutition sont méconnus. Le but de cette étude était de localiser les régions du tronc cérébral susceptibles d'influencer qualitativement la coordination bilatérale des muscles participant au stade bucco-pharyngé de la déglutition.

 

Matériels et Méthodes

Cette étude a été réalisée chez le rat anesthésié (n = 11) ou décérébré (n = 5). Le stade bucco-pharyngé de la déglutition a été caractérisé par électroneurographie (ENG) des nerfs hypoglosses et électromyographie (EMG) des chefs antérieurs des muscles digastriques. Les déglutitions étaient induites par stimulation mécanique de la muqueuse pharyngée. Des lésions électrolytiques unilatérales étaient obtenues sous contrôle stéréotaxique à l'aide d'une électrode monopolaire alimentée par un courant anodique d'intensité et de durée variables selon la taille lésionnelle souhaitée. Des séries de 10 déglutitions ont été comparées avant et après lésion par lecture des signaux intégrés ENG et EMG. Après sacrifice de l'animal, l'étude histologique du cerveau permettait de contrôler la taille et le site lésionnels.

 

Résultats

Les lésions électrolytiques unilatérales ont été réalisées dans le bulbe rachidien (formation réticulée bulbaire ; n = 40) ou dans le pont (noyau Kölliker-Fuse ; n = 14). Plus de la moitié des lésions bulbaires (26/40) n'entraînaient pas de modification des signaux de déglutition réflexe. Dans les autres cas, il s'agissait : 1) d'une augmentation bilatérale de ces signaux hypoglosses et digastriques, (n = 6) ; 2) d'une diminution ipsilatérale du signal associée à une augmentation controlatérale à la lésion (effet différentiel, n = 2) uniquement obtenue sur des lésions du bulbe dorsal ; 3) d'une diminution ipsilatérale du signal sans effet controlatéral. La destruction des structures réticulaires bulbaires ventrales, incluant le noyau ambigu, entraînait surtout une diminution unilatérale des signaux recueillis. La destruction des structures dorsales provoquait plutôt une augmentation bilatérale des signaux déglutiteurs. Les lésions pontiques restreintes au noyau Kölliker-Fuse induisaient plus régulièrement des anomalies réflexes (9/14) avec essentiellement une augmentation bilatérale de l'activité déglutitrice des nerfs hypoglosses et des muscles digastriques.

 

Conclusion

Ce modèle expérimental de lésion unilatérale du tronc cérébral chez le rat suggère que la portion dorsale de la formation réticulée bulbaire dorsale et le noyau Kölliker-Fuse jouent un rôle dans la coordination motrice bilatérale hypoglosse et digastrique lors de la déglutition. Les neurones prémoteurs hypoglosses pourraient être responsables de la coordination motrice de la Vème et de la XIIème paires de nerfs crâniens au cours de la déglutition.