JFHOD

CO.56 - Création d’une structure d’urgences vasculaires intestinales : pourquoi ? pour quels malades ? pour quels résultats ? Bilan à 18 mois

O. Corcos, A. Huguet, Y. Castier, L. Maggiori, E. Weiss, A. Nuzzo, M. Ronot, K. Peoc'h, V. Vilgrain, F. Joly, Y. Panis, C. Paugam, Y. Bouhnik

Introduction

En janvier 2016 a ouvert la première structure d’urgences vasculaires intestinales, dédiée à la prise en charge de l’ischémie et des maladies vasculaires de l’intestin. Cette structure comprend un soin intensif et une garde de gastroentérologie 24h/365 et une organisation multidisciplinaire associant la radiologie diagnostique et interventionnelle, la chirurgie vasculaire, la chirurgie digestive, l’anesthésie-réanimation. Le principe de la prise en charge est de cibler la viabilité de l’intestin : diagnostic de la souffrance ischémique dans sa phase précoce, mise en route d’un protocole multimodal prenant en compte la physiopathologie de l’ischémie intestinale, revascularisation de l’intestin viable, résection de l’intestin jugé non viable. Cette structure a été créée principalement pour améliorer la mortalité, les taux de résection intestinale, de syndromes de grêle court et de dépendance à la nutrition parentérale de l’ischémie intestinale aiguë. Le but de cette étude était de décrire 18 mois après son ouverture la population de patients admis et les résultats de la prise en charge. 

Patients et Methodes

Dans cette étude de cohorte prospective observationnelle monocentrique ont été inclus tous les patients hospitalisés dans notre structure d'urgences vasculaires intestinales à partir du 04 janvier 2016 jusqu’au 25 septembre 2017. Les données cliniques, biologiques, d’imagerie, thérapeutiques et anatomopathologiques ont été prospectivement recueillies dans une database. Pour cette étude nous avons pris en compte les données descriptives suivantes : âge, sexe, ischémie aigue/chronique/post-aigue, pathologie vasculaire intestinale sans ischémie, ischémie occlusive/non-occlusive, occlusion artérielle/veineuse/mixte, résection intestinale, syndromes de grêle court, dépendance à la nutrition parentérale, survie. Les données quantitatives ont été exprimées en médiane (range). Des analyse uni- et multivariées ont été réalisées par chi2 pour déterminer s’il existe des facteurs prédictifs de résection intestinale et de mortalité. Un p<0,05 était jugé significatif. 

Résultats

273 admissions ont été réalisées, correspondant à 217 patients d’âge 66 (26-96) ans dont 55% d’hommes. Le motif d’admission était une ischémie intestinale ou une maladie vasculaire intestinale sans ischémie pour 192 et 23 séjours, respectivement. Le reste des admissions était lié principalement au suivi des patients (bilan pré/post rétablissement de continuité). L’ischémie intestinale était aiguë et/ou post-aiguë (dans 164 cas ; n=132, n=32), chronique dans n=70, , respectivement, d’origine artérielle (n=160, %) et/ou veineuse (n=32, %). 164 patients avaient une forme occlusive, par athérome (n=70), embole (n=15), thrombose (n=69), mécanique (n=3) et 28 non occlusive. Les causes des MVI sans ischémie étaient les dissections de l’AMS (n=12) et/ou du TC (n=11). Sur l’ensemble de la cohorte des ischémies (n=192) 92 patients ont eu une revascularisation radiologique (50, 26%) ou chirurgicale (42, 18%). Une résection intestinale a été réalisée dans 67 cas (35%), dont 43 (23%) après admission dans notre structure. A la fin du suivi de 333 (0-728) jours un syndrome de grêle court ou une dépendance à la nutrition parentérale étaient observés dans 45 (23%) et 35 (18%) cas, respectivement, dont 26 (13%) et 18 (9%) après leur admission dans notre structure. 23 patients sont décédés, ce qui correspond à une mortalité globale de 12%. En analyse univariée et multivariée parmi les 192 séjours de patients ayant présenté une ischémie intestinale les critères associées à la résection intestinale étaient le caractère aigu/post aigu OR 28,73 (1,63 – 506,36) et la revascularisation radiologique OR 0,39 (0,17 – 0,88) (p<0,05). 

Discussion

Conclusion

L’ouverture d'une structure dédiée a ouvert une filière de recrutement spécifique d’ischémies et de maladies vasculaires de l’intestin. Bien que la majorité des patients admis avaient une ischémie intestinale aiguë dont le pronostic est réputé mauvais, la prise en charge multidisciplinaire et multimodale organisée autours de la gastroentérologie a permis une très bonne survie et un taux d’insuffisance intestinale faible. Cette structure d'urgences vasculaires intestinales doit pouvoir servir de modèle à l’ouverture de centres similaires afin de couvrir les besoins territoriaux. 

Remerciements

MSDAvenir