JFHOD

CO.155 - Délai test immunologique-coloscopie et risque de cancer colorectal : étude observationnelle dans le programme français de dépistage organisé par test immunologique

B. Denis, I. Gendre, P. Perrin

Introduction

Le dépistage du cancer colorectal (CCR) est un processus multi-étapes dont l’efficience dépend des taux d’invitation, de participation, de positivité et de suivi des tests positifs. Plusieurs études ont montré qu’un délai excessif entre test de dépistage et coloscopie était associé à un risque augmenté de CCR, de CCR avancé et de mortalité par CCR, le seuil variant entre 6 et 12 mois. Le niveau de preuve est cependant qualifié de faible dans une revue récente et ce constat interroge lorsque l’on sait la lenteur de l’histoire naturelle du développement du CCR. Les recommandations européennes sont de réaliser la coloscopie dans un délai ≤ 30 jours après le résultat du test. Le but de ce travail était d’évaluer l’association entre délai test immunologique (FIT) – coloscopie et risque de CCR et de CCR avancé dans le programme français de dépistage organisé (DO).

Patients et Methodes

Analyse de toutes les coloscopies FIT+ du DO CCR en Alsace entre juin 2015 et juin 2019. Analyses multivariées utilisant la régression binomiale mixte.

Résultats

Sur un total de 14.820 tests FIT+, 13.633 (92.0%) coloscopies étaient réalisées dans les deux ans chez 13.624 personnes (âge moyen 62,5 ans; SD 7,0; 59,8% hommes). Leur statut vis-à-vis d’un dépistage antérieur était : Hemoccult < 3 ans (34,4%), FIT < 3 ans (20,0%), coloscopie < 7 ans (4,2%), jamais dépistés (41,4%). Le délai FIT-coloscopie était ≤ 30 j (8,0%), ≤ 60 j (34,5%), ≤ 90 j (63,3%), 91-180 j (28,7%), 181-270 j (4,4%), 271-360 j (1,2%) et > 360 j (2,3%) (moyenne 96 j, SD 91, 1er quartile 51 j, médiane 75 j). L’ensemble des colos FIT+ permettait le diagnostic de 735 CCR (5,4%), 4743 adénomes avancés (34,8%) et 2815 adénomes non avancés (20,6%). Les stades des CCR étaient I (45,0%),  II (21,2%),  III (24,9%), IV (6,9%), inconnu (1,9%). En analyse multivariée, il existait une relation significative entre risque de CCR et sexe, âge, taux d’hémoglobine fécale (THF), dépistage antérieur et délai FIT-coloscopie. Le risque global de CCR diminuait significativement avec le délai : 5,9% avant 90j vs 4,5% après 90j (p=0,0008). Cette diminution concernait seulement le rectum (1,5% vs 0,9%, p=0,004) et le colon proximal (1,8% vs 1,2%, p=0,005), pas le colon distal (2,6% vs 2,4%, p=0,6). Une augmentation de 10 microgrammes / gramme du THF était associée à une augmentation significative du risque de CCR (OR 1,15 ; IC 95% 1,14-1,16 ; p<0,001). Par rapport aux personnes jamais dépistées, le risque de CCR était significativement diminué chez les personnes antérieurement dépistées par coloscopie (OR 0,18 ; IC 95% 0,10-0,32 ; p<0,001), par FIT (OR 0,52 ; IC 95% 0,40-0,67 ; p<0,001) et par Hemoccult (OR 0,81 ; IC 95% 0,67-0,99 ; p=0,04). Il n’y avait pas de relation significative entre risque de CCR avancé (stades III et IV) et délai FIT-coloscopie. Par contre, le risque de CCR avancé augmentait significativement avec le sexe masculin, l’âge et le THF et diminuait significativement quel que soit le type de dépistage antérieur : coloscopie (OR 0,08 ; IC 95% 0,02-0,33 ; p<0,001), FIT (OR 0,56 ; IC 95% 0,37-0,84 ; p=0,005) et Hemoccult (OR 0,67 ; IC 95% 0,48-0,93 ; p=0,02). Il n’y avait pas de relation significative entre risque d’adénome ≥ 10 mm et délai FIT-coloscopie. Par contre, il existait une relation significative entre risque d’adénome ≥ 10 mm et sexe, âge, THF et dépistage antérieur. Un score de risque de CCR était calculé pour chaque individu à partir du sexe, de l’âge et du THF. Il variait de < 1% chez les hommes et femmes de 50 à 54 ans dont le THF était situé entre 30 et 50 microg/g à 17% chez les hommes et femmes de 70 à 74 ans dont le THF était situé entre 150 et 200 microg/g. 

Discussion

L’absence de sur-risque de CCR au-delà d’un certain délai dans notre région diffère de ce qui est rapporté dans la majorité des études. Deux facteurs explicatifs sont plausibles : 1) notre taux de coloscopies réalisées est systématiquement, significativement et notablement supérieur aux taux de la littérature (92,0% vs 55,2% à 79,8%), et 2) l’implication des médecins généralistes voulue dans le programme de DO CCR français est absente des autres programmes. 

Conclusion

Il n’y a pas de perte de chance à différer une coloscopie FIT+. Pour autant, il reste recommandé de ne pas trop différer la coloscopie parce que les personnes sont invitées dans un programme de DO CCR respectant un certain nombre de normes qualité, l’une d’elle étant de ne pas prolonger la période stressante d’attente entre un FIT+ et le verdict de la coloscopie. Ces résultats permettent aux gastroentérologues de rassurer les patients sur le fait que différer leur coloscopie pendant l’épidémie de COVID-19 ne leur fait pas courir de risque supplémentaire. Ils permettent de plus de prioriser en cas de besoin les coloscopies à risque le plus élevé de CCR, en particulier chez les personnes ayant un THF élevé, a fortiori si elles n’ont jamais été dépistées auparavant. 

Remerciements