JFHOD

CO.074 - Dépistage de la fibrose hépatique avancée en soins primaires : quelle sensibilité pour les tests sanguins simples ?

C. Canivet, A. Lannes, M. Chopin, C. Cislaghi, J. Boursier, W. Bellanger

Introduction

La cirrhose est souvent diagnostiquée d’emblée au stade de complication (décompensation, carcinome hépatocellulaire au stade palliatif) avec un pronostic sombre. L’évaluation non invasive de la fibrose hépatique avancée par le médecin généraliste avec les tests sanguins simples pourrait permettre l’identification précoce des patients à risque nécessitant une prise en charge spécialisée. Les précédentes études de dépistage n’ont pas permis d’évaluer la sensibilité des tests sanguins simples car aucune référence n’était disponible lorsque le test était négatif. Notre objectif était d’évaluer deux tests sanguins simples pour le dépistage ciblé de la fibrose hépatique avancée en soins primaires, avec calcul de leur sensibilité grâce à une méthode permettant le diagnostic de fibrose chez tous les patients. 

Patients et Methodes

282 patients avec facteurs de risques métaboliques et/ou consommation à risque d’alcool et sans hépatopathie connue ont été prospectivement inclus dans 3 maisons médicales  (13 médecins généralistes). Chaque patient avait une mesure de l’élasticité hépatique avec le Fibroscan® dans le cabinet médical (élasticité#1) ainsi qu’une prescription de bilan biologique permettant le calcul des tests sanguins simples eLIFT et FIB4. Les patients dont l’élasticité hépatique était ≥8,0 kPa étaient adressés dans un centre tertiaire pour un bilan spécialisé incluant : un Fibroscan® de confirmation (élasticité#2), une biopsie hépatique en cas d’élasticité#2 entre 8 et 15 kPa, et un calcul du FibroMètre®. Le diagnostic de fibrose hépatique avancée était finalement retenu en cas d’élasticité#2 ≥15 kPa, de fibrose F3-4 (NASH-CRN) à la biopsie hépatique, ou de FibroMètre® ≥0,50 (si élasticité#2 entre 8 et 15 kPa avec refus de la biopsie). Grace à cette méthode, le diagnostic de la fibrose hépatique avancée pouvait être posé chez tous les patients permettant ainsi le calcul de la sensibilité et de la spécificité des tests sanguins.

Résultats

233 patients avaient une élasticité#1 <8,0 kPa. Parmi les 49 patients ayant une élasticité#1 ≥8,0 kPa, 34 ont eu un bilan spécialisé, dont 9 avaient une élasticité#2 entre 8 et 15 kPa et 4 une élasticité#2 ≥15,0 kPa. 3 patients ont eu une biopsie hépatique (F1 : N=2 ; F3 : N=1) et 6 ont refusé la procédure (dont 5 avec FibroMètre® ≥0,50). Au final le diagnostic de fibrose hépatique avancée était retenu chez 10 patients (3,5% de la population globale). Le taux d’adhésion était de 85 % avec 42 patients n’ayant pas achevé la procédure de dépistage : 27 bilans biologiques prescrits en soins primaires non réalisés, 9 bilans spécialisés non réalisés et 6 refus de biopsie hépatique.

Le FIB4 était ≥1,30 chez 29% et l’eLIFT ≥8 chez 24% des patients. Les deux tests étaient positifs chez 6 des 10 patients avec fibrose avancée (concordance entre les tests : 100% ; sensibilité : 60%). L’élasticité#2 et le FibroMètre® chez les 4 patients avec fibrose avancée et tests négatifs étaient, respectivement : 21,2kPa (IQR 3,6)/0,37 ; 10,1 kPa (IQR 1,3)/0,63 ; 9,3 kPa (IQR 2,7)/0,70 ; 8,8 kPa (IQR 0,7)/0,50. Parmi les patients sans fibrose avancée, 73 % avaient un FIB4 <1,30 et 78% avaient un eLIFT <8 (spécificité). Les deux tests avaient la même valeur prédictive négative à 98%. 

Discussion

Conclusion

Malgré un taux de positivité de 25 %, les tests sanguins simples n’identifient que 60 % des patients avec hépatopathie chronique avancée en soins primaires. L’intérêt d’un suivi évolutif de ces tests afin de requalifier les patients initialement non diagnostiqués doit être évalué. 

Remerciements