JFHOD

P538 - Devenir des pancolites au cours de la RCH

Lagdali Nawal, Ajana Fatimazohra, Essamri Wafae, Benelbarhdadi Imane, Afifi Rajaa, Essaid El Feydi Abdellah

Introduction

La pancolite se définit par une atteinte du colon dépassant l’angle colique gauche en d’autre terme dépassant le  territoire vasculaire de l’artère mésentérique inferieur.

C’est une localisation qui représente 30% des rectocolites hémorragiques.

L’objectif de notre travail est de définir le devenir de ces pancolites.

 

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive portant sur 61 cas de pancolite dans le cadre d’une RCH, sur une période de 25 ans, de 1990 à 2015, au sein du service de maladie de l’appareil digestif, Médecine C, CHU Rabat, Maroc

Résultats

Sur un total de 442 patients atteints de rectocolite hémorragique, 217 ont été étudié, 61 malades avaient une pancolite, soit 28,11%, avec un suivi moyen de 8,54 (0-29) ans. Il s’agit de 41 femmes et 20 hommes avec un sexe ratio de 0,67.

 La symptomatologie clinique était un syndrome dysentérique associé à des douleurs abdominales chez la plupart des patients (80.32%), le diagnostic a été posé par la colonoscopie dans tous les cas.

75% de nos malades ont bénéficié d’un traitement médical, 60% d’entre eux ont était entretenu par les salicylés par voie générale, avec bonne évolution clinique dans 95.23% et 4.77% ont été switcher vers l’imurel, alors que dans 15% le traitement immunosuppresseur a été indiqué d’emblée avec bonne évolution dans la majorité de cas.

25% (n=15) de nos patients ont été opère, l’indication de la chirurgie était une intolérance médicamenteuse ( au 5 ASA ou à l’immunosuppresseur) associe à une corticoresistance dans 47 %, une colite aigue grave dans 33%, une colectasie dans 13%, et pour un malade ayant une perforation du caecum .

 60% des patients ont subi une colectomie subtotale avec anastomose ileo rectale , l’évolution été bonne chez 50% des malades, alors que 37.5% ont présenté une poussée dans un délai moyen de 5 mois, jugulé par la corticotherapie locale, générale ou les salycilés locaux, un seul cas de dégénerescence a été noté sur le rectum restant après 25 ans d’évolution.

40 % des patients opérés ont eu une coloprotectomie totale avec anastomose ileoanale, l’évolution été bonne chez 50% des malades alors que l’autre moitié a présenté une poussée dans un délai moyen de 4.6 mois, jugulée par la cortocothérapie orale et le pentasa lavement, on a noté aucun cas de pochite.

 le rétablissement de la continuité a été réalisé chez 94% des malades dans un délai moyen de 6mois et demi, un patient est en attente de rétablissement.

Conclusion

Cette étude permet de conclure que la pancolite au cours de la RCH est de bon pronostic en général, et les salicylés garde leur place pour son entretien surtout dans notre contexte marocain,