JFHOD

P130 - Différentiation entre les hépatites autoimmunes d’origine médicamenteuse (HAIM), les hépatites autoimmunes idiosyncrasiques (HAI) et les hépatites médicamenteuses (HM) avec des auto-anticorps positifs

Castiella Agustin, Ortega-Alonso Aida, Robles-Diaz Mercedes, Medina-Caliz Inmaculada, Stephens Camilla, Sanabria Judith, Gonzalez-Jimenez A, Garcia-Muñoz B, Garcia-Cortes Miren, Zapata Eva, Otazua Pedro, Zubiaurre Leire, Iribarren Arantxa, Blanco Sonia, Prieto Martin, Garcia M, Bessone Fernando, Hernandez Nelia, Fernandez Mc, Hallal Hacibe, Primo Joaquin, Moreno-Planas Jm, Arrese Marco, Andrade Raul, Lucena Maribel

Introduction

La lésion hépatique induite par les médicaments peut être associée à un phénotype autoimmune qui est mal défini à nos jours. Notre objectif  était de comparer les differents phénotypes, les présentations cliniques et la consommation des médicaments chez les patients atteints d’une hépatite médicamenteuse (HM) avec ou sans des autoanticorps (AAC) positifs, par une hépatite autoimmune d’origine médicamenteuse (HAIM) ou par une hépatite autoimmune idiosyncrasique (HAI)dans une grande cohorte de patients.

Patients et Méthodes

Entre les 1013 patients inclus dans les Registres Espagnol et Latinoaméricain d’hépatotoxicité, on a comparé 129 patients avec HM et AAC positifs (13%), 371 HM avec AAC négatifs (37%) et 21 patients avec HAIM (basée sur la clinique, AAC positifs-AAN/AML-, augmentation de la concentration sérique des gammaglobulines, dans le contexte d’une prise de médicaments), avec 51 patients avec HAI.

Résultats

Les patients avec HAIM et HAI avaient un âge moyen (58 vs 55 ans) et une distribution par sexes (62% vs 70% femmes) similaire. Les patients avec HM et AAC positif êtaient plus âgés (53 vs 49 ans, p=0.025) et avec une prédominance feménine (57% vs 52%, p= 0,306) par rapport aux patients HM avec AAC négatifs. Entre les médicaments qui ont déclenché les HAIM et la médication concomitante chez les patients avec HAI, les statines (19% vs 12%), les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (10% vs 12%), les antibiotiques (24% vs 2%) et les médicaments anti –TNF (10% vs 2%) ont émergés comme les plus fréquents. Les statines ont été aussi plus fréquentes chez les patients HM avec AAC positifs que chez les negatifs (4,6% vs 3,6%). La jaunisse a été plus fréquente (62% vs 31%) chez les patients avec HAIM que chez les patients avec HAI, et les niveaux moyens de bilirrubine (6 vs 2 fois la limite supérieure de la normale (LSN), p= 0,001), de l’AST (23 vs 11 x LSN), p=0,001) et de l’ALT (27 vs 14 x LSN, p=0,001) on été plus levés aussi au moment de la présentation chez les HAIM (vs HAI). On n’a pas trouvé des différences entre les patients avec HAIM et ceux avec HM avec AAC positifs. Les patients avec HAIM ont requis traitement immunosupresseur moins fréquemment que les patients avec HAI (81% vs 93%), mais plus davantage que les patients avec HM avec AAC positifs ( 81% vs 24%), p=0,00). Les patients avec HAIM ont mieux répondu au traitement que ceux avec HAI (100% vs 92%).

Conclusion

Les HAIM et les HM avec AAC positif atteint généralement les jeunes femmes et on utilise moins souvent du traitement avec des corticoïdes que chez les patients avec HAI, bien qu’ils présentent un phénotype plus  sévère au moment de la présentation. Les statines sont les médicaments responsables d’un nombre important de cas de HAIM et d’HM avec AAC positifs et pouvaient être déclencheurs non identifiés chez les HAI.

Remerciements, financements, autres

Financements: AEMPS, FIS PI12-00620, P10-CTS-6470, PI12/00378, AC-0073-2013, CIBERehd-ISCIII.