JFHOD

CO.139 - Dissection sous-muqueuse avec traction par clip élastique : efficacité et sécurité pour la résection des lésions coliques avec fibrose

J. Faller, J. Jacques, R. Legros, J. Rivory, T. Ponchon, M. Pioche

Introduction

La résection endoscopique de lésions colorectales avec fibrose sous muqueuse par la technique de dissection sous muqueuse (DSM) est difficile. Il a été montré que la présence de fibrose est associée à une diminution de résection complète et une augmentation du nombre de complications. Plusieurs méthodes de traction ont été décrites afin de faciliter la dissection. Récemment, la technique française de contre traction par deux clips et un élastique a été étudiée et s’avère utile pour la résection des lésions coliques. Aucune de ces méthodes n’ont été évaluées pour la résection de lésions avec fibrose.

L’objectif de cette étude est d’évaluer la qualité de résection et les taux de complications pour la DSM colique avec fibrose en utilisant la traction par clip-élastique. 

Patients et Methodes

Étude rétrospective, bi centrique, qui analysait les cas de DSM colique avec fibrose répertoriés dans deux centres experts français en DSM, entre aout 2017 et aout 2018.

Nous avons considéré comme lésion avec fibrose sous muqueuse : les récidives sur cicatrice de résection, les résections incomplètes préalables et les lésions développées sur rectocolite hémorragique. La technique de traction par clip-élastique était utilisée systématiquement.

La qualité de la résection était évaluée par le caractère monobloc et complet microscopiquement avec marges de sécurité (R0). Ont également été analysés :  le taux de succès techniques, le recours complémentaire à la chirurgie, la taille de la lésion, la durée de procédure, la vitesse de résection et le taux de complication immédiate et retardée.

Résultats

Nous avons inclus 25 DSM coliques avec fibrose chez 25 patients (âge moyen de 71 ans).

Il s’agissait d’une récidive sur cicatrice de résection dans 52 % des cas (n = 13), d’une résection incomplète préalable dans 36 % des cas (n=9) et d’une lésion sur rectocolite hémorragique dans 12 % des cas (n = 3). Les lésions étaient plus fréquemment localisées à droite avec : 12 % cæcum (n = 3), 4 % valvule (n = 1), 32 % côlon ascendant (n = 8), 16 % angle droit (n = 4), 24 % côlon transverse (n = 6), 8 % côlon descendant (n = 2), 4 % sigmoïde (n = 1).

La résection était un succès technique dans 88% des cas (3 conversions en mucosectomie piece-meal devant l’impossibilité de passer sous la lésion), avec une résection monobloc et complète dans 80 % (20/25) des cas mais R0 dans seulement 64 % des cas (16/25), le plus souvent à cause de lésions endommagées en cours de résection. Un seul patient (4 %) a été opéré secondairement du fait d’une résection incomplète et la pièce opératoire ne retrouvait pas de tissu carcinomateux.

La taille moyenne des pièces était de 42mm (25-70 mm), la durée moyenne de la dissection de 62 min (20-120 min) et la vitesse moyenne de résection de 22 mm2/min (6-56mm2/min).

Deux perforations (8 %) ont été observées en per procédure et traitées avec succès endoscopiquement. Aucune perforation ni hémorragie n’a été observée secondairement.

Discussion

Conclusion

Dans cette étude, la DSM de lésion colique avec fibrose sévère est efficace et sure en utilisant la technique de traction par clip-élastique. Cette technique, lorsqu’elle est réalisée en centre expert, semble être une alternative crédible à la résection transpariétale endoscopique, et devrait dans tous les cas être utilisée en première intention avant le recours systématique à la chirurgie.  

Remerciements