JFHOD

P0 - Double prothèse oesophagienne et trachéale chez les malades atteints de cancer de l'œsophage localement avancé : faisabilité, efficacité et complications

Lecleire Stéphane, Di Fiore Frédéric, Antonietti M, Ben Soussan Emmanuel, Michel Pierre, Ducrotté Philippe
Introduction

Le cancer de l'œsophage localement avancé (COLA) peut se compliquer de dysphagie sévère ou de dyspnée par compression trachéale, ou d'une fistule oesophago-trachéale (FOT). Chez certains patients, l'insertion d'une double prothèse trachéale et oesophagienne (DPTO) devient nécessaire afin de pallier ces symptômes. Devant le peu de données disponibles dans la littérature, le but de l'étude était d'évaluer la faisabilité, l'efficacité et les complications des DPTO.

Patients et Méthodes

Tous les malades ayant bénéficié de la pose d'une DPTO dans notre service ont été recensés. Les prothèses oesophagiennes et les prothèses trachéales étaient toutes des prothèses métalliques expansives couvertes. Les caractéristiques des malades, l'indication de la double prothèse, le délai entre l'insertion des deux prothèses, l'efficacité symptomatique et les complications précoces (<10 jours) ayant suivi la mise en place de la deuxième prothèse ont été colligés rétrospectivement.

Résultats

Sur 180 malades ayant bénéficié de la pose d'une prothèse oesophagienne dans notre service, 14 (7.7%) ont bénéficié de la pose d'une DPTO de 1999 à 2005. Tous étaient porteurs d'un COLA, et 93% étaient à un stade palliatif de la maladie. L'âge moyen était de 58 ans (39-68). La localisation du COLA était un tiers supérieur dans 50% des cas, un tiers moyen dans 50% des cas. Pour 86% d'entre eux, ils avaient reçu un traitement par radio-chimiothérapie (RCT) avant la pose des prothèses. La pose de la prothèse trachéale précédait celle de la prothèse oesophagienne dans 64% des cas, la suivait dans 22% des cas et était effectuée dans le même temps dans 14% des cas. Le délai médian entre l'insertion des deux prothèses était de 16 jours (0-177). L'indication de la prothèse trachéale était une FOT dans 50% des cas, une dyspnée par compression trachéale dans 50% des cas. L'indication de la prothèse oesophagienne était une dysphagie de grade moyen 3.5 dans 57% des cas, une FOT dans 43% des cas. L'efficacité symptomatique avec les deux prothèses était de 78% sur la dysphagie (dysphagie après prothèse : 1.7) et de 100% sur la dyspnée. La survie médiane après la deuxième prothèse était de 97 jours (7-140). Les complications précoces survenaient dans 21% des cas. Elles incluaient deux décès à J7 et J9 par choc septique sur perforation oesophagienne et par hémoptysie massive respectivement, et une hémoptysie sévère mais non mortelle chez un troisième malade. La mortalité du geste était de 14%.

Conclusion

La mise en place d'une DPTO est possible dans les COLA. Elle est suivie d'une bonne efficacité symptomatique. Cependant, des complications précoces potentiellement mortelles apparaissent dans plus de 20% des cas.