JFHOD

P116 - DPC : l’anastomose pancréatico-jéjunale termino-terminale (APJ-TT), avec adossement postérieur, et un patch antérieur (APJ-TT+AP/PA) par la même anse anastomosée, réduit le risque de fistule pancréatique même chez les patients à haut risque

El Haouari Mahmoud, Mohamed Mohamed

Introduction

La FP après anastomose pancréatico-digestive demeure la complication la plus redoutable et la plus redoutée après DPC en particulier chez les patients à haut risque.
L'objectif de cette étude est de montrer à travers une étude comparative rétrospective que l'APJ-TT+AP/PA avec la même anse jéjunale montée, réduit le risque de fistule pancréatique (FP) grave, comparativement à une APJ-TT ou TL simple.

Patients et Méthodes

DPC : L'anastomose pancréatico-jéjunale termino-terminale (APJ-TT), avec adossement postérieur, et un patch antérieur (APJ-TT+AP/PA) par la même anse anastomosée, réduit le risque de fistule pancréatique même chez les patients à haut risque de fistule pancréatique (FP).
Matériel et méthodes :
Entre 1999 et 2012, 75 DPC ont été pratiquées, toutes pathologies confondues. Quarante six (46) patients ont subi une DPC avec la technique de l'APJ-TT+AP/PA. En revanche, durant la même période, 29 patients ont subi une DPC avec anastomose simple (APJ-TT ou latero-terminale LT) sans invagination du moignon ni patch grêlique. Les 2 groupes sont comparables sur plusieurs paramètres.

Résultats

Un (1) seul décès est enregistré parmi les 46 malades opérés selon la technique l'APJ-TT+AP/PA (2%). Ce décès, en outre n'était pas du à une FP. En revanche, 5 décès sur 7 soit un taux de 17% sont en relation avec une FP parmi les patients opérés selon la technique d'anastomose PJ simple LT ou TT. La morbidité globale et le taux de FP sont respectivement de 15/23 (65%), 11/45 (24%) et 1/45 (02,2%), 2/23 (8,7%) plus élevée dans le groupe l'APJ-TT+AP/PA par rapport au groupe APJ-TT ou TL simple. Cependant cette différence reste statistiquement significative que pour la morbidité globale.
Par ailleurs, dans le groupe APJ-TT+AP/PA, scindé en 2 sous groupes en fonction des 2 facteurs de risque de FP (texture du parenchyme pancréatique et diamètre du CPP), il n'y avait pas de différence significative dans la morbidité globale et taux de FP.

Conclusion

Afin de réduire le taux de FP dont la fréquence va jusqu'à plus de 30% et, qui demeure l'une des principales causes de mortalité et de morbidité post opératoire, nous plaidons pour l'utilisation de la technique d APJ-TT+AP/PA par la même anse jéjunale montée. Il s'agit d'une technique simple, sûre et efficace utilisable dans tous les cas même en cas de facteurs de risque de FP.