JFHOD

P.47 - Drainage biliaire endoscopique dans les cancers bilio-pancréatiques : résultats et facteurs associés à propos de 105 cas

S. Morabit, H. Seddik, F. Bouhamou, S. Mrabti, I. El Koti, S. Sentissi, A. Benkirane

Introduction

Le drainage biliaire endoscopique demeure le traitement palliatif de référence dans les sténoses néoplasiques biliaires, chez les patients présentant une contre indication à l’exérèse, notamment du fait de métastases ou d’un stade localement avancé. L’objectif de notre étude est de préciser rétrospectivement les résultats de cette technique dans notre formation, ainsi que les différents facteurs associés à son échec ou son succès.

Patients et Methodes

De janvier 2008 à septembre 2016, 105 patients avec une sténose biliaire d’origine néoplasique ont été inclus dans l’étude. Les patients ont été répartis en 3 groupes : Le groupe "A" pour les patients atteints d’un cholangiocarcinome proximal, le groupe "B" pour les patients atteints d’un cancer du pancréas, le groupe "C" pour les patients atteints d’un calculocancer. Le succès était défini cliniquement par la régression de l’ictère et biologiquement par la baisse de la bilirubinémie. L’analyse statistique a été réalisée par le logiciel SPSS 20.0. Afin d’étudier les facteurs associés au succès du drainage biliaire endoscopique, on s’est basé sur une régression logistique binaire par analyse uni variée et multi variée. Les facteurs étudiés étaient le sexe, l’âge, la présence de métastases et la dilatation endoscopique de la sténose avant la mise en place de la prothèse.

Résultats

L’âge moyen était de 63ans+/-10,3 avec des extrêmes allant de 31 à 93ans et un sexe ratio H/F de 1,3. Le succès global était de

76,2%. L’étude comparative du taux de succès dans les 3 groupes a montré une supériorité du groupe B avec un taux de succès de

84,3%, suivi du groupe C avec un taux de succès de 77,2%, puis du groupe A avec un succès de 62,5%.

En analyse multi variée, et en ajustant les paramètres étudiés (l’âge, le sexe, la présence de métastases et la dilatation endoscopique de la sténose avant la mise en place de la prothèse), seules la présence de métastases et la dilatation endoscopique de la sténose modifiaient le taux de succès. En effet, la présence de métastases multiplie le risque d’échec (OR=8,4, p=0,001, IC95%=[2,4-29,8]),

et la dilatation endoscopique de la sténose avant la mise en place de prothèse diminue significativement le taux d’échec (OR=0,05, p=0,0001, IC(95%)=[0,013-0,19]).

Discussion

Conclusion

Notre étude vient confirmer que le traitement palliatif des sténoses biliaires néoplasiques par drainage endoscopique reste efficace en cas de cancer du pancréas, cependant les résultats sont moins satisfaisants en cas de caclulocancer et de cholangiocarcinome.

La présence de métastases semble être significativement associée à l’échec du drainage biliaire endoscopique, et la dilatation endoscopique avant la mise en place de la prothèse semble être associée à son succès. Une étude complémentaire avec un

échantillon plus vaste est indispensable afin de vérifier ces résultats.

 

Remerciements