JFHOD

CO.080 - Efficacité de l’ustekinumab dans la rectocolite hémorragique réfractaire : résultats d’une étude rétrospective multicentrique de cohorte du GETAID

A. Amiot, J. Filippi, V. Abitbol, G. Cadiot, D. Laharie, M. Serrero, R. Altwegg, Y. Bouhnik, L. Peyrin-Biroulet, C. Gilletta de Saint-Joseph, X. Roblin, G. Pineton de Chambrun, L. Vuitton, A. Bourrier, S. Nancey, J.M. Gornet, S. Nahon, G. Bouguen, S. Viennot, B. Pariente, M. Fumery

Introduction

L’ustekinumab a récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché européenne dans la rectocolite hémorragique modérée à sévère après échec ou intolérance des traitements conventionnels ou des biothérapies. Aucune donnée n’existe en vie réelle.

Patients et Methodes

De janvier à septembre 2019, tous les patients atteints de RCH active (score partiel Mayo Clinic ≥ 4/9 et/ou corticothérapie orale), traités par ustekinumab au sein d’un centre du GETAID ont été inclus. Les critères d’exclusion étaient un antécédent de colectomie totale ou partielle et une indication d’ustekinumab pour une manifestation extra-digestive. Les patients ont été évalués à la fin de la période d’induction, soit à la semaine 14. La rémission a été définie par un score partiel de la Mayo Clinic ≤ 2 sans sous-score de saignement >1.

Résultats

103 patients ont été inclus (62 hommes; âge moyen: 41,2 ± 16,2 ans; 52% de pancolite E3) dans 21 centres. Respectivement, 87 (85%), 102 (99%) et 88 (86%) des patients inclus étaient en échec des immunosuppresseurs, des anti-TNF ou du vedolizumab. A l’inclusion, les scores Mayo Clinic total et partiel moyens étaient de 8,6 ± 2,1 et de 5,9 ± 1,9; le taux moyen de protéine C-réactive de 15,3 ± 33,9 mg/l ; le score UCEIS moyen de 5,1 ± 1,3. A la semaine 14, les taux de rémission clinique et de rémission clinique sans corticoïdes étaient respectivement de 41% et de 37% ; 12 (12,5%) patients avaient interrompu l’ustekinumab pour manque d’efficacité. Une diminution de 2,3 ± 2,7 points du score Mayo Clinic partiel a été observée (p=0,04) alors que le taux moyen taux de protéine C-réactive diminuait de 7,6 ± 33,8 mg/l (p<0,001). Deux patients (2%) ont été opérés d’une colectomie subtotale pour manque d’efficacité. En analyse multivariée, le score Mayo Clinic partiel > 6 (OR = 0,23 ; IC95% [0,09-0,62]; p=0,004) était significativement associé à un taux plus faible de rémission clinique sans corticoïdes à la semaine 14. Des effets indésirables ont été observés chez 7 (6,9%) patients : décompensation de la RCH (n = 3), abcès dentaire (n = 1), pneumopathie (n = 1), douleurs articulaires (n = 1) et éruption cutanée (n = 1). Quatre patients (4%) présentaient des effets indésirables sévères. 

Discussion

Conclusion

Dans cette première étude de cohorte en vie réelle ayant inclus des patients atteints de RCH en échec des immunosuppresseurs, des anti-TNF et du vedolizumab, une rémission clinique sans corticoïdes a été observée dans un tiers des cas à la semaine 14. Une maladie plus sévère était associée à une efficacité plus faible de l’ustekinumab.

Remerciements