JFHOD

P0 - Efficacité et complications de la technique d'infundibulotomie au cours du cathétérisme des voies biliaires

Potier Pascal, Trinh DH, Widerspach-Thor A, Causse X
But

L’échec de cathétérisme sélectif de la voie biliaire principale par l’orifice papillaire survient dans environ 10% des cas. Cet échec conduit parfois à la réalisation d’une technique de pré-coupe dont la morbidité atteint 6 à 30% selon les séries publiées. La technique d’infundibulotomie est habituellement réservée à des situations particulières telles qu’un calcul biliaire enclavé ou une tumeur ampullaire. Les données concernant l’efficacité et les complications spécifiques de cette technique sont rares. L’infundibulotomie est la technique de secours exclusive dans notre centre. Nous avons donc pu étudier spécifiquement son efficacité et sa morbidité.

Patients et Méthodes

371 patients ont subi un cathétérisme des voies biliaires pendant 32 mois de Janvier 2003 à Août 2005 dans notre centre. Pour 55 d’entre eux, le cathétérisme par l’orifice papillaire échouait et une infundibulotomie était pratiquée. Tous les examens étaient réalisés par les 3 opérateurs du centre. L’échec de cathétérisme par l’orifice papillaire était défini par l’absence de cathétérisme biliaire sélectif après 15 minutes de procédure. Le pourcentage de réussite d’un cathétérisme biliaire sélectif et les complications survenant dans les 30 jours suivants la procédure étaient évalués et analysés.

Résultats

Chez 316 patients (85,2%), le cathétérisme biliaire était d’emblée obtenu par l’orifice papillaire. Ce cathétérisme échouait chez 55 patients (14,8%) et une infundibulotomie était tentée à chaque fois. Il s’agissait de 30 hommes et 25 femmes dont l’âge médian était de 76 ans (extrêmes : 40 ans à 94 ans). Un cathétérisme biliaire sélectif par l’orifice d’infundibulotomie était obtenu chez 42 patients (76,4%) au cours d’une seule anesthésie générale dans 34 cas (81%) et après 2 anesthésies dans 8 cas (19%). Le taux de succès global de cathétérisme de la voie biliaire passait de 85,2% à 96,5% (+10,3%). Le cathétérisme biliaire par infundibulotomie échouait chez 13 patients : il s’agissait d’une tumeur dans 11 cas (84,6%) et d’une lithiase enclavée dans 2 cas (15,4%). Après infundibulotomie, 7 patients (12,7%) avaient une complication. Il s’agissait d’une pancréatite aiguë dans 5 cas, d’une perforation dans 2 cas. 3 patients décédaient dans les 30 jours, l’un après perforation (1,8%), les 2 autres en raison de l’évolution d’un cancer du pancréas.

Conclusion

Sous réserve du caractère monocentrique de cette étude, la technique d’infundibulotomie utilisée en cas d’échec de cathétérisme biliaire par l’orifice papillaire, apparaît efficace dans plus de 75% des cas. Elle augmente significativement le pourcentage global de cathétérisme biliaire sélectif. Le taux de complication semble proche du taux global rapportée pour la CPRE. L’infundibulotomie pourrait être, pour les opérateurs entraînés à sa pratique, une alternative sûre et efficace à la technique de pré-coupe.