JFHOD

CO.158 - Entéroscopie spiralée motorisée : 1ère expérience française

A. Sportes, A. Aidibi, M.T. Bounnah, J.F. Rey

Introduction

L’entéroscopie spiralée motorisée ( PowerSpiral Olympus) est une nouvelle technique d’exploration de l’intestin grêle. Il s’agit d’un nouvel outil modifié par rapport à l’entéroscopie spiralée manuelle.

 Le but de notre étude est d'évaluer l'efficacité et la sécurité de cette nouvelle méthode chez les patients ayant des pathologies de l'intestin grêle.

Matériels et méthodes

Il s'agit d'une étude prospective monocentrique menée à l'Institut Arnault Tzanck, premier centre d'endoscopie en France qui a introduit l'entéroscopie spiralée motorisée.

Le critère de jugement principal est le rendement diagnostic correspondant à la visualisation de la lésion par l’enteroscope chez les patients ayant un ou plusieurs résultats positifs en VCE.

Les critères secondaires sont les suivants :

-Taux d'entéroscopies antérogrades complètes (progression jusqu'au caecum)

-Taux d'interventions thérapeutiques

-Evénements indésirables au cours de la procédure.

-Durée de la procédure

Ces variables ont été comparées à l'aide du test χ². Les valeurs médianes ont été comparées par les tests U-Mann-Whitney et McNemar.

Une valeur p <0,05 était considérée comme statistiquement significative.

Résultats

Cinquante (50) patients (âge médian: 73 ans + - 11,1 avec 25 H / 25 F) remplissaient les critères d'inclusion et étaient éligibles pour l'étude.

Près de 70% des patients (n = 35) avaient des antécédents cardiovasculaires (AVC, fibrillation auriculaire ou coronaropathie) avec au moins un antiagrégant plaquettaire ou anticoagulant.

Les indications de l'entéroscopie PSE sont les suivantes:

Hémorragie gastro-intestinale suspectée ou occulte dans 78% des cas (n = 39), suivie d'une anémie ferriprive avec résultats négatifs en gastroscopie et coloscopie dans 16% des cas (n = 8) puis d'autres indications comme la diarrhée chronique ou la rétention de capsule chez 6% des patients (n = 3).

Par conséquent, les principaux diagnostics suspectés lors de la vidéocapsule de l'intestin grêle sont :

Une angiodysplasie chez 74% des patients (n = 37), une suspicion de maladie inflammatoire de l'intestin chez 12% (n = 6) et d'autres comme les polypes ou le diverticule dans 14% des patients (n = 7).

Parmi les angiodysplasies au moins 62% des patients (n = 31) avaient une imputabilité pertinente (≥ P2).

Le rendement diagnostic dans notre étude était de 62% (31/50).

Les diagnostics comprenaient l’angiodysplasie (48% (24/50)), les polypes / lésions néoplasiques (4% (2/50)), les lésions inflammatoires (10% (5/50)) et 10% (5 / 50) des patients présentaient d'autres signes: diverticules jéjunaux (n = 3), lipome jéjunal (n = 1) et phlébectasie (n = 1). Un prélèvement tissulaire a été réalisé chez 3/50 patients (6%).

Un acte thérapeutique a été observé chez 56% des patients (28/50) sans compter les biopsies ni les injections d'encre pour le marquage de l'intestin grêle.

Des évènements indésirables mineurs liés à l'intervention ont été observés chez 14 patients (28%) tels que des lacérations superficielles de la muqueuse (quatre patients dans l'intestin grêle, dix dans l'œsophage); tous étaient cliniquement asymptomatiques.

Aucun événement grave lié à l'intervention (perforation ou pancréatite) ou complication cardio-pulmonaire n'a été relevé.

Discussion

Conclusion

Notre étude montre des résultats prometteurs sur tous les niveaux que ce soit sur le rendement diagnostic de ce nouveau dispositif mais aussi la sécurité d'utilisation. Par ailleurs, des essais comparatifs devront être évalués pour démontrer son efficacité et sa sécurité au long cours par rapport au autres enteroscopes.

Remerciements