JFHOD

CO20 - Essai de phase II multicentrique randomisé comparant une radiochimiothérapie (RTCT) à une chimiothérapie seule (CT) associant la gemcitabine et l’oxaliplatine dans les cancers des voies biliaires localement avancés non résécables (FFCD9902)

Phelip Jean-Marc, Vendrely Veronique, Jouve Jean-Louis, Subtil Fabien, Gasmi Mohamed, Michel Pierre, Smith Denis, Balosso Jacques, Bartolomeu A, Bennouna Jaafar, Bonnet I, Fauchard Jp, Lepage Come, Martin P, Morin Thierry, Schneider Martina, Seitz Jean-François, Bedenne Laurent, Chauffert Bruno
Introduction

Aucun essai thérapeutique n'a évalué la meilleure stratégie de traitement des cancers des voies biliaires avancés non métastatiques. La RTCT n'a été évaluée que dans des séries rétrospectives de faible effectif pour des tumeurs localement évoluées non métastatiques dans le but de réduire le risque d'évolution locorégionale. Elle n'a jamais été comparée à la chimiothérapie palliative seule et notamment à l'association de gemcitabine et de platine qui constitue le traitement de référence des formes métastatiques. L'objectif de ce travail était d'évaluer l'efficacité et la tolérance d'une RTCT (5FU, cisplatine et 50 gy) et d'une CT associant la gemcitabine à l'oxaliplatine (gemox).

Patients et Méthodes

Au total, 72 patients étaient prévus pour randomisation entre RTCT (50gy + 5FU continu à 300 mg/m2/j de J1 à J33 + CDDP 20 mg/m2/j de J1 à J4 et de J29 à J32 ou 80 mg/m2 à J1 et J29) et CT seule (gemcitabine 1000 mg/m2 à J1 + oxaliplatine 100 mg/m2 à J1, J1 = J15, pendant 6 mois). Les principaux critères d'inclusion étaient : PS<2, bilirubinémie<50microM/l après drainage biliaire si nécessaire et une tumeur accessible à une radiothérapie externe. Les critères de jugement principaux étaient la survie sans progression (SSP), la toxicité, les taux de complications biliaires et la survie globale (SG). Une stratification était réalisée sur le centre, la localisation (hilaires, extrahépatiques, vésiculaires), la réalisation d'un drainage biliaire et l'état général (PS 0-1 vs 2).

Résultats

L'étude a été fermée prématurément en raison de la difficulté d'inclusion. Au total, 34 patients ont été randomisés respectivement dans les bras RTCT (n = 18) et CT (n = 16). Les 2 bras étaient bien équilibrés sur tous les facteurs pronostiques. Dans le bras RTCT, les doses moyennes cumulées de RT, CDDP et 5FU étaient de 86%, 90% et 78% des doses théoriques. Dans le bras CT elles étaient de 70% et 67% respectivement pour la gemcitabine et l'oxaliplatine. En cas de progression, une 2ème ligne de CT était délivrée chez 55,6% et 25,0% des patients respectivement des bras RTCT et CT. Les effets indésirables de grade 3-4 les plus fréquents étaient respectivement dans le bras RTCT et CT : hématologique (23,5% et 25,0%), gastro-intestinal (11,8% et 6,2%) et neurologique (neuropathie périphérique dans 0% et 18,7%). Le traitement a dû être arrêté pour toxicité chez 1 et 2 patients. La SSP médiane était de 5,8 mois (RTCT) et de 11,0 mois (CT) (HR : 0,65 [0,32-1,33] ). La SG médiane était de 13 , 5 mois (RTCT) et de 19,9 mois (CT) (HR : 0,69 [0,31-1,55] ) avec un suivi médian de 22,8 mois (RTCT) et 22,5 mois (CT). Les complications biliaires sont survenues dans 27,8% (RTCT) et 43,7% (CT) (RR : 1,6 [0,65-3,9] ). Il s'agissait principalement d'obstruction (26,7% and 18,2% des complications par bras) et d'angiocholite (20,0% and 36,4% des complications par bras).

Conclusion

Nos résultats suggèrent pour la première fois que l'association de gemcitabine et d'oxaliplatine constitue une option de traitement intéressante pour les tumeurs des voies biliaires localement avancées. Son efficacité apparaît meilleure que la RTCT. Un plus grand nombre de patients aurait été nécessaire pour montrer une différence significative.

Remerciements, financements, autres

Remerciement pour leur soutien financier aux laboratoires Sanofi et Lilly France.