JFHOD

P.205 - Etat de connaissance des patients cirrhotiques vis-à-vis de leur maladie

Y. Ismail, J. El Atmani, M.A. Lkousse, A. El Farouki, S. Oubaha, Z. Samlani, K. Krati

Introduction

L’état de connaissance des patients par rapport à leur maladie joue un rôle essentiel dans la prise en charge thérapeutique, en leur permettant une meilleure acceptation de leur maladie et une meilleure observance thérapeutique. Le but de cette étude est d’évaluer l’état de connaissance des patients suivi pour la cirrhose hépatique ainsi que de déceler les déficits de leur connaissance par rapport à leur maladie

Patients et Methodes

Une étude prospective a été menée dans notre service incluant 100 patients suivis pour cirrhose hépatique toute étiologie confondue, diagnostiquées au moins 1 an avant la date de début d’étude. Un questionnaire a été établi et proposé aux patients

Résultats

cent  patients cirrhotiques ont été inclus dont l’étiologie était une HVC dans 48 % des cas, HVB dans 28 % des cas, l’origine Auto-immune 10 % des cas , l’origine éthylique présentait 7 % des cas et dans 7 % des cas l’étiologie n’était pas encore déterminée. L’âge moyen des patients était de 42.11 ans (29-70 ans) avec un sex-ratio H/F à 1,5. L’origine rurale a été notée chez 52 % des cas,  et  urbaine chez 48 % des cas. 54 % des patients sont non scolarisés alors que seulement 13 % de nos patients ont un niveau scolaireuniversitaire. La durée moyenne de suivi est estimée de 41 mois (1 an – 7ans).Parmi nos patients, 47 % ne connaissaient pas le nom de leur maladie, Seulement 33 % des cas connaissent l’étiologie de leur maladie. 65 % savaient qu’il s’agissait d’une affection chronique nécessitant une prise en charge à long terme. L’hémorragie digestive était la complication la plus redoutée 56% suivie du CHC 40 %. Concernant le volet thérapeutique, 55 % des cas ne savait pas le nom des médicaments qu’ils prenaient, différents facteurs influençant cette connaissance ont été mis en évidence comme l’âge, le niveau scolaire, le nombre total de médicaments pris par un patient. Seulement 41 % des patients étaient observant, la cause principale de la non observance du traitement était le manque de moyen. Le médecin traitant constitue la sourced’informations pour 88% des patients et la relation médecin-malade est estimée  excellente ou bonne pour 96 % des cas.

Discussion

Conclusion

Notre étude a montré un véritable manque de connaissance de nos patients à propos de leur maladie, expliqué probablement par leur niveau scolaire et socioéconomique bas. Ce résultat préliminaire montre la nécessité d’une meilleure sensibilisation des patients vis-à-vis de leur maladie via des programmes bien adapté aux besoins et au niveau scolaire des patients.

Remerciements