JFHOD

P.023 - Etude de l’association entre l’utilisation des inhibiteurs de la pompe à protons et la survenue de complications infectieuses et métaboliques en service de réanimation et surveillance continue pédiatrique

E. Lacotte, J. Montreuil, I. Goyer, D. Brossier, M. Jokic

Introduction

Evaluer le rôle des Inhibiteurs de la pompe à protons (IPPs) dans la survenue d’infections nosocomiales (IN) et d’hyponatrémie.

Patients et Methodes

Etude de cohorte rétrospective monocentrique au sein du service de réanimation et surveillance continue du CHU de Caen de patients pédiatriques (<18 ans) inclus du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018 et répartis en 2 groupes : prise d’IPP et non-IPP

Résultats

768 patients ont été inclus : 234 patients avaient reçu des IPPs (30,6%) contre 534 (60,6%). Après ajustement pour les facteurs de risques d’IN identifiés dans notre cohorte par analyse multivariable, l’ORa (Odds-Ratio ajusté) est de 2,42, IC95% 1,17 – 5,14, p<0,05. Le risque relatif d’hyponatrémie sous IPP est de 5,18 IC95% 2,16 – 12,43 avec p < 0,05. Le taux de patients sous IPP pour prophylaxie de l’ulcère de stress était de 178, dont 22 (12.4%) répondaient aux facteurs de risque d’ulcère de stress.

Discussion

Conclusion

Nous avons montré une association significative et indépendante entre la survenue d’INs et la prise d’IPPs en réanimation pédiatrique. Ces résultats sont en faveur d’une amélioration nécessaire du contrôle des prescriptions d’IPPs en réanimation pédiatrique, notamment pour la prophylaxie de l’ulcère de stress dont les indications ne sont pas claires.

Remerciements