JFHOD

CO.049 - Étude pilote dans la vraie vie de l’impact de la plateforme de télémédecine EasyMICI-MaMICI® sur la qualité de vie et la qualité des soins de patients avec une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI)

G. Bonnaud, A. Haennig, R. Altwegg, L. Boivineau, C. Zallot, C. Gilletta de Saint-Joseph, J. Moreau, F. Gonzalez, D. Reynaud, P. Faure, P. Aygalenq, J.M. Combis, L. Peyrin-Biroulet

Introduction

Le parcours de soins actuel est mal adapté au suivi étroit des MICI. La télémédecine a montré des résultats prometteurs mais discordants dans le suivi des MICI. L'objectif principal de cette étude était de comparer l'activité de la maladie et la qualité de vie avec un outil télémédecine par rapport à des soins standard

Patients et Methodes

Les patients atteints d’une MICI active, diagnostiquée depuis 10 ans au plus étaient éligibles pour une randomisation dans une étude contrôlée de 12 mois, multicentrique, comparant deux groupes parallèles de patients utilisant ou non la plateforme de télémédecine EasyMICI/ application MaMICI®, connectant médecin, infirmière et patient : le groupe télémédecine (MaMICI) et le groupe contrôle en soins standard. Les résultats principaux étaient les différences de changement d'activité de la maladie et de qualité de vie entre les groupes ; Un changement dans l'utilisation des soins de santé parmi les groupes et la satisfaction des patients dans le groupe télémédecine étaient des objectifs secondaires. La qualité de vie (Qdv) était évaluée par le score Short Inflammatory Bowel Disease Questionnaire (SIBDQ) et le score général de qualité de vie avec l’EQ-5D-3L à l'inclusion (V0), 6 (V1) et 12 mois (V2) ; La qualité des soins par le taux de rémission clinique (IHB<5;sous score clinique de Mayo≤1) et l’utilisation des soins de santé sur 12 mois (nombre de consultations avec le gastroentérologue, contacts téléphoniques, visites aux urgences, hospitalisations, nombre d’alertes et analyse des réponses).

Résultats

58 patients ont été inclus dans l’étude entre Novembre 2017 et Juin 2018 dans 6 centres (3 libéraux, 3 CHU) 28 groupe contrôle et 30 groupe MaMICI. 56,4% avaient une maladie de Crohn (MC), 40% une RCH et  3,6% une colite inclassée. 80% des patients avaient une maladie active à l’inclusion. 80,1% des patients étaient traités par biothérapies.

23 patients du groupe contrôle (4 perdus de vu, une chirurgie) et 23 patients du groupe MaMICI (7 perdus de vu) ont terminé l’étude à 12 mois (V2).

69.6 % des patients étaient en remission clinique à V2 sans différence significative entre les 2 groupes. Le SIBDQ moyen a progressé de 40.6 (V0) à 53.7 (V2) dans le groupe contrôle et de 41.9 (V0) à 49 (V2) dans le groupe MaMICI sans différence significative entre les 2 groupes. Le Score EQ5D moyen a progressé de 59.9 (V0) à 74.8 (V2) dans le groupe contrôle et de 57 (V0) à 66.7 (V2) dans le groupe MaMICI sans différence significative entre les 2 groupes. Une analyse de la différence des scores SIBDQ et EQ5D entre V2 et V0 pour les 26 patients du centre 1 montre qu’en moyenne, l’augmentation du SIBDQ est significativement supérieure dans le groupe MaMICI comparé au groupe contrôle (augmentations moyennes respectives de 15.3 (13.6) unités vs. 3.8 (4.7) unités, p=0.0276), et que la différence est à la limite de la significativité pour le score EQ5D, MaMICI 19 (22.3) vs. contrôle -1.7 (15.2), p=0.0582.

Les patients du groupe MaMICI consultent moins souvent un gastroentérologue, mais la différence n’est pas significative : moyennes respectives contrôle 4.1 (2.9) visites vs. MaMICI 2.2 (2.2) visites, p=0.1308. Il n’y a pas de différence de consultations aux urgences, hospitalisations, nombre de contacts téléphoniques. Le système d’alerte a été utilisé sur 12 mois en moyenne  3,9 fois par patient. Toutes les alertes ont été jugées pertinentes. Dans le groupe MaMICI, 12/23 (52.2%) patients ont utilisé l’application MaMICI jusqu’à la fin de l’étude (11/14 ;78.6% dans le centre 1).  8 n’ont jamais répondu aux appels de formation par l’infirmière, 1 refus d’utiliser et 2 abandons d’utilisation en cours d’étude pour problème technique. Dans le groupe MaMICI, 83.3 % étaient satisfaits ou très satisfaits de l’application MaMICI (Utilité moyenne 7/10). L’élément de l’application le plus utile était de pouvoir envoyer des alertes et communiquer avec son gastroentérologue par messagerie sécurisée.

Discussion

Conclusion

Aucune différence en terme de réduction d’activité de la maladie ou d’amélioration de la qualité de vie pour les patients utilisant un outil de télémédecine par rapport aux patients contrôles n’a été constatée dans cette étude. La motivation des équipes de soins avec une unité organisationnelle des soins autour d’une plateforme dédiée semble expliquer la différence d’adhérence et d’amélioration de la qualité de vie observés dans le centre 1. Huit patients sur 10 étant satisfaits de l’application et étant donné le nombre relativement faible de patients inclus dans cette étude, l’évaluation du concept de plateforme Phygitale dédiée aux MICI doit être poursuivie. 

Remerciements

Takeda, Abbvie , Pfizer, MSD  ont apporté leur support pour le financement de l’étude