JFHOD

P.146 - Evaluation des pratiques de prescription d’antibiotiques dans un service d’hépato-gastroentérologie

M. Elizondo, C. Nicolas, D. Regnault, B. Anon, L. d'Alteroche, L. Mereghetti, X. Pourrat, L. Bernard, T. Lecomte

Introduction

Les prescriptions inappropriées d’antibiotiques représentent un problème important de santé publique. Elles augmentent les coûts de santé mais surtout favorisent le développement de résistances bactériennes aux antibiotiques. Cette antibiorésistance serait la cause d’ici 2050, de 300 millions de décès par an. L’objectif de cette étude était d’évaluer la conformité des prescriptions d’antibiotiques dans un service hospitalo-universitaire d’hépato-gastro-entérologie par rapport aux recommandations de bonnes pratiques.

Matériels et méthodes

Il s’agissait d’une étude rétrospective observationnelle portant sur les prescriptions d’antibiotiques à but curatif ou prophylactique, réalisées dans le service entre le 1er septembre et le 31 décembre 2017. Les patients inclus avaient reçu au moins une dose d’antibiotique dans le service. Le critère de jugement principal était l’adéquation entre l’antibiothérapie prescrite et les recommandations en vigueurs en 2017. Les critères de jugement secondaire, guidés par les recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé (HAS) publiés en 2008 (1), étaient : la durée du traitement, la réévaluation dans les 72 heures et la désescalade thérapeutique.

Résultats

Durant la période étudiée, 280 situations cliniques ont nécessité une antibiothérapie lors de 247 hospitalisations chez 212 patients. L’âge moyen de cette étude était de 64,8 ans +/- 15,6 ans, il y avait 125 hommes pour un sex ratio homme/femme de 1.44. Les indications d’antibiothérapie les plus fréquentes étaient les prophylaxies (42 %) et les infections digestives (35 %). Le choix de l’antibiothérapie, toutes causes confondues, était adapté dans 68,9 % des cas. Le choix de l’antibiothérapie et la durée de traitement étaient conformes aux recommandations dans 51,4 % des cas. L’antibioprophylaxie était recommandée dans 57,3 %, le choix de l’antibiotique et sa durée étaient adaptés dans 47,9 % des cas. Concernant les étiologies infectieuses, 77,3 % des traitements étaient adaptés et leurs durées étaient conformes aux recommandations dans 54 % des cas. Dans le sous-groupe des infections digestives, 75.5 % des antibiotiques étaient recommandés. Au total, 34,4 % des prescriptions respectaient l’ensemble des critères analysés.

Discussion

Conclusion

Les prescriptions d’antibiotiques n’étaient pas optimales notamment pour les indications d’antibioprophylaxie. Une meilleure diffusion des recommandations auprès des prescripteurs est à proposer, en particulier pour limiter le sur-recours à l’antibioprophylaxie.

Remerciements