JFHOD

CO.52 - Evaluation d’une technique de drainage des sténoses pancréatiques serrées sur pancréatite chronique calcifiante par forage à l’extracteur de Soehendra®

J.P. Le Mouel, P. Basile, M. Barthet, J.M. Gonzalez

Introduction

La prise en charge endoscopique des sténoses canalaires pancréatiques induites par la pancréatite chronique calcifiante (PCC) est particulièrement difficile du fait de leur caractère serré et calcifié. En cas de sténose uniquement franchie par un fil guide lors d’une cholangio-pancréatographie rétrograde (CPRE), un extracteur de Soehendra peut être utilisé pour réaliser un forage de la sténose et permettre la mise en place secondaire d’une prothèse pancréatique. L’objectif de notre étude était d’évaluer la faisabilité de cette technique.

Patients et Methodes

Tous les patients ayant bénéficié de forages de sténoses canalaires pancréatiques secondaires à une PCC, entre Janvier 2004 et Janvier 2018, dans une unité d’endoscopie d’un centre tertiaire, ont été inclus. Les variables démographiques, cliniques et endoscopiques étaient collectées rétrospectivement. L’objectif principal était l’analyse du succès technique de la procédure, défini par la possibilité de positionner une prothèse pancréatique au-delà de la sténose après le forage à l’extracteur de Soehendra. Les objectifs secondaires étaient l’évaluation des complications et l’identification des facteurs de risque d’échec de la technique.

Résultats

101 patients, ayant bénéficiaient au total de 180 forages canalaires, ont été inclus. L’âge moyen était de 53,3 (± 12,8) ans, avec un sex-ratio H/F de 2:1. L’étiologie des PCC se répartissait entre alcoolique (n=37, 37%), génétique (n=6, 6%), auto-immune (n=4, 4%) et idiopathique (n=21, 21%) (Données manquantes pour 33 (32%) patients). Cinquante-neuf (58%) patients ont bénéficié d’un seul forage, contre 21 (21%), 11 (11 %) et 10 (10%) qui ont respectivement eu 2, 3 et ≥ 4 forages, lors de CPRE distinctes. Le succès technique était obtenu lors de 93% (n=167) des procédures. Les forages avaient lieux lors d’une première CPRE, après sphinctérotomie pancréatique, dans 32% (n=58) des cas. L’accès au canal pancréatique se faisait via la papille principale pour 87% (n=157) des forages, contre 13% (n=23) via la papille accessoire. Les sténoses se situaient au niveau céphalique, isthmique, corporéo-caudale ou mixte, dans respectivement 50% (n=90), 22% (n=40), 17% (n=31) et 11% (n=19) des cas. Le diamètre de l’extracteur de Soehendra utilisé était de 7 et 10 french (fr) dans 43% (n=78) et 57% (n=102) des forages. En cas de succès, la mise en place de prothèses plastiques de 7 et 10 fr, ou de prothèses métalliques, était effectuée respectivement dans 84% (n=142), 13% (n=22) et 3% (n=3) des cas. Lors de la CPRE suivante, le changement de la prothèse était possible pour 67% (n=111) des procédures et, en cas d’impossibilité (30%, n=48), un nouveau forage était réalisé dans 83% (n=40) des cas. Le taux de complication aiguë était de 4,5%, essentiellement marqué par des pancréatites aiguës non graves (n=6) et des bactériémies sans critère de sepsis sévères (n=2). Dans les effets indésirables plus tardifs, il était noté 9% (n=16) de migrations intra-digestives des prothèses ; contre 2% (n=3) de migrations intra-pancréatiques ; et 2% (n=3) de pseudokystes rétentionnels. En analyse multivariée, les critères d’échecs du forage identifiés étaient une réalisation du forage lors d’une première CPRE (p=0,038) et un diamètre de l’extracteur de Soehendra de 7 fr (p=0,016).

Discussion

Conclusion

Le forage canalaire pancréatique par un extracteur de Soehendra est une alternative très simple, peu couteuse, efficace et sûre, permettant le drainage prothétique des sténoses pancréatiques serrées induite par la PCC.

Remerciements