JFHOD

P.549 - Evolution après une première colite aiguë grave sur une maladie inflammatoire chronique de l'intestin

M. Ghribi, M. Ghanem, B. Ben Slimane, K. Boughoula, H. Ben Abdallah, M.R. Bouali, S. Bizid, N. Abdelli

Introduction

La colite aigue grave (CAG) est une urgence médicochirurgicale exposant à un risque de décès et de colectomie. Des avancées thérapeutiques majeures se sont succédées ces deux dernières décennies. Une répercussion positive de ces avancées sur l'évolution de la maladie est attendue.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude rétrospective ayant inclus toutes les premières poussées de CAG (répondant aux critères cliniques et / ou endoscopiques) prises en charge dans notre service, à partir de l’année 2000. On a recueilli les données épidémiologiques, cliniques et évolutives à court et à long terme des patients.

Résultats

On a inclus 64 patients répondant aux critères de CAG. L’âge moyen de survenue de la poussée grave était de 31 ans [12 à 60 ans]. Il s'agit de 30 hommes et 34 femmes (SR=0.88). La maladie inflammatoire chronique (MICI) sous jacente était une recto-colite ulcéro-hémorragique (RCH) dans 57,8% des cas, une maladie de Crohn dans 34,4% des cas et une colite indéterminée dans 6,3% des cas. La CAG était inaugurale chez 45,3 % des malades. Pour les patients connus porteurs d’une MICI, 25,7% étaient naïfs aux immunosuppresseurs. Le diagnostic était porté sur des critères cliniques seuls chez 13 patients (20,3%), des critères endoscopiques seuls chez 18 patients ( 28,1%), et sur l’association des deux critères chez 33 patients (51,6%). Une surinfection colique à Salmonelle a été notée chez 3 patients et à CMV chez deux patients. La durée moyenne de la corticothérapie était de 12 jours. 44 patients (68,8%) ont répondu  au traitement de 1ère ligne. Parmi les 20 patients corticorésistants : 5 patients (25%) ont subi une colectomie d’ urgence ; 10 patients (50%) ont été mis sous antiTNF avec 90% de réponse primaire, et 5 patients (25%) sous ciclosporine avec 80% de bonne réponse. Le taux de réponse primaire était équivalent entre les anti - TNF et la ciclosporine ( p= 0.59). Les patients ont été suivis sur une période moyenne de 76 [2 à 240] mois. La survie sans colectomie après la première CAG  était estimée à 77% à 1 an et à  63% à 5 ans. L’incidence cumulée de recours aux anti-TNF était estimée à 12% dans l’année suivant la CAG, et à 32% à 5 ans. Deux décès septiques sont survenus en phase aigue ( 3,1%).

Discussion

Conclusion

La CAG touche les sujets jeunes des deux sexes. La première poussée est souvent corticosensible. L’efficacité des anti - TNF et de la ciclosporine en cas de corticorésistance était comparable. La mortalité et le taux de colectomie  restent élevés en phase aigue. Néanmoins, passé ce  cap le pronostic à long terme est excellent.

Remerciements