JFHOD

S0 - Expérience européenne de l'entéroscopie double-ballon : faisabilité, indications et résultats

Landi Bruno, May A, Gasbarrini A, Mulder C, de Leusse A, Boboc B, Di Caro S, Heine G, Ell C, Cellier Christophe
Introduction

L'entéroscopie double ballon (EDB) est une nouvelle technique qui permet en théorie une exploration complète de l'intestin grêle, et contrairement à la capsule de réaliser des biopsies et des gestes thérapeutiques. Le but de cette étude réalisée dans 4 centres européens était d'évaluer sa faisabilité, sa tolérance et ses résultats dans un groupe de patients atteints ou suspects de pathologie du grêle.

 

Patients et Méthodes

Soixante deux patients (pts) (âge moyen : 52 ans) ont été explorés par EDB (endoscope Fuji EN-450P5/20). L'EDB a été réalisée par voie haute chez 26 pts, basse chez 9 pts, et double voie chez 27 pts. Au total, 89 procédures ont été réalisées soit sous sédation (midazolam), soit sous anesthésie générale (propofol). Les indications étaient : saignement digestif inexpliqué (38 pts), polypose adénomateuse ou de Peutz-Jeghers (6 pts), diarrhée chronique (5 pts), maladie coliaque résistante (4 pts), maladie de Crohn (3 pts), douleurs abdominales (3 pts), bilan de tumeur du grêle (3 pts).

 

Résultats

Aucune complication n'a été observée, 3 patients seulement ayant ressenti des douleurs abdominales modérées. L'exploration du grêle n'a pas été possible par voie haute chez 1 pt (du fait d'adhérences), et par voie basse chez 5 pts (bouclage colique). La longueur médiane d'insertion de l'entéroscope était de 254 ± 174 cm après le pylore et de 180 ± 150 cm après la valvule iléo-cæcale, une entéroscopie totale ayant pu être pratiquée chez 10 pts. La durée médiane de l'examen était de 70 ± 30 min par voie haute et de 90 ± 35 min par voie basse. Un diagnostic a été réalisé ou confirmé chez 50 pts (80 %) : 30/38 pts explorés pour saignement digestif (19 angiodysplasies, 4 maladies de Crohn, 2 ulcérations, 2 diverticules de Meckel, 2 tumeurs, 1 sténose radique) ; 3/5 pts explorés pour diarrhée (2 maladies de Crohn, 1 entéropathie auto-immune) ; 2/3 pts explorés pour douleurs abdominales (2 maladies de Crohn) ou pour bilan d'une tumeur du grêle (1 lymphome, 1 carcinome). Un traitement endoscopique a été possible chez 24 pts (40 %), électrocoagulation d'angiodysplasies (18 pts) ou polypectomies (6 pts).

 

Conclusion

L'entéroscopie double ballon est réalisable, bien tolérée, et permet d'explorer une grande longueur de grêle, voire de réaliser une entéroscopie totale. Sa rentabilité diagnostique élevée et la possibilité de traitement endoscopique en font une technique prometteuse pour l'exploration endoscopique du grêle.