JFHOD

S152 - Exposition aux anti-TNFα chez des malades ayant un antécédent de cancer de moins de 5 ans : observatoire du GETAID à partir de 79 cas

Poullenot Florian, Seksik Philippe, Beaugerie Laurent, Amiot Aurélien, Nachury Maria, Abitbol Vered, Stefanescu Carmen, Reenaers Catherine, Fumery Mathurin, Pelletier Anne-Laure, Nancey Stéphane, Peyrin-Biroulet Laurent, Bourreille Arnaud, Hébuterne Xavier, Cadiot Guillaume, Savoye Guillaume, Lourenco Nelson, Altwegg Romain, Bommelaer Gilles, Cazelles-Boudier Marie-Christine, Racine Antoine, Laharie David

Introduction

Un antécédent de cancer de moins de cinq ans constitue une contre-indication théorique aux anti-TNFα. Cette restriction repose avant tout sur le principe de précaution et le risque carcinologique imputable aux anti-TNFα demeure mal connu. L'objectif de notre étude était de déterminer le taux de survie sans cancer incident dans une cohorte de patients atteints de maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), traités par anti-TNFα alors qu'ils avaient un antécédent de cancer de moins de 5 ans.

Patients et Méthodes

Entre Septembre 2011 et Mai 2013, les centres du GETAID ont conduit un observatoire ayant recruté rétrospectivement tous les malades atteints de MICI traités par anti-TNFα qui avaient un antécédent de cancer prouvé histologiquement au cours des 65 mois précédents. La date d'inclusion correspondait à la date de la première injection d'anti-TNFα après le diagnostic du cancer. Le critère de jugement principal était la survenue d'un cancer incident, défini par une récidive du cancer connu ou par la survenue d'un cancer de novo.

Résultats

Soixante-dix-neuf malades atteints de MICI (49F ; âge médian : 47 [extrêmes : 18-84] ans ; 61 maladie de Crohn et 18 recto-colite hémorragique) ont été recrutés dans 20 centres. L'antécédent de cancer précédait l'inclusion d'une durée médiane de 17 (1-65) mois. Les cancers les plus fréquents étaient ceux du sein (n = 17), de la peau (n = 15), des voies urinaires (n = 12) et ceux liés à l'inflammation chronique (n = 8). Avec un suivi médian de 21 (1-119) mois après l'inclusion, 15 (19 %) patients ont développé un cancer incident (8 récidives et 7 cancers de novo, dont 5 carcinomes baso-cellulaires). En actuariel, le taux de survie sans cancer incident à 1, 2 et 5 ans était de 96 %, 86 % et 72 %. Dans deux cas de récidives, l'imputabilité des anti-TNFα était possible : récidive métastatique d'un cancer du rectum à 10 ans et récidive métastatique d'un cancer du poumon T1N0M0 à 1 an.

Conclusion

Chez des malades atteints de MICI exposés aux anti-TNFα alors qu'ils avaient un antécédent de cancer de moins de 5 ans, le taux de survie sans cancer incident à 1, 2 et 5 ans était de 96 %, 86 % et 72 %. Cinq des 15 cancers incidents observés étaient des carcinomes baso-cellulaires. Dans l'attente de données supplémentaires, l'administration d'un traitement anti-TNFα chez des patients ayant une MICI sévère et un antécédent récent de cancer doit être discutée au cas par cas.