JFHOD

P0 - Expression de la CRP par le tissu adipeux mésentérique au cours de la maladie de Crohn

Gonzalez Florent, Rousseaux Christel, Thuru X, Decourcelle C, Gambiez L, Saudemont A, Neut C, Saulnier JS, Colombel Jean-Frédéric, Desreumaux Pierre
Introduction

Le foie est classiquement considéré comme la source unique de CRP au cours de la maladie de Crohn (MC). Notre hypothèse est que les adipocytes du tissu adipeux mésentérique (TAM) pourraient constituer une source extra-hépatique de CRP importante. Nos buts : A) Etudier in vitro la régulation de l’expression adipocytaire de la CRP ; B) Quantifier ex vivo l’expression locale de la CRP dans le tube digestif et le TAM de malades atteints de MC, de rectocolite hémorragique (RCH) et de contrôles.

Matériels et Méthodes

A) L'expression de l’ARNm de la CRP était comparée dans des cultures 1aires d’adipocytes humains et des hépatocytes immortalisés HepG2. La régulation de l’expression d’ARNm de la CRP était analysée dans des adipocytes immortalisés 3T3-L1 en fonction du degré de différenciation et après stimulation par E. Coli, Lactobacillus sp, TNFa, IL-6, LPS, muramyl dipeptide et lipopeptide. B) Des prélèvements chirurgicaux de TAM, de graisse sous-cutanée, d’intestin grêle et de colon sains et lésés étaient réalisés chez 29 malades atteints de MC, 17 RCH et 13 contrôles. L’ARNm de la CRP était quantifié par PCR en temps réel et l’expression protéique recherchée par immunohistochimie.

Résultats

A) Les taux d’ARNm de la CRP étaient similaires dans les adipocytes et les hépatocytes. La différenciation adipocytaire des cellules 3T3-L1 augmentait de 21±2.5 fois les taux d’ARNm de CRP (p<0.05). Comparativement à l’expression basale de CRP par les adipocytes différenciés, seules les stimulations par E. Coli (2290±350 fois, p<0.01), LPS (50±5, p<0.01) et TNFa (20±3, p<0.01) induisaient fortement l’expression d’ARNm de la CRP. B) Ex vivo, des taux faibles et similaires d’ARNm de la CRP étaient détectés dans l’intestin grêle et le colon lésés ou non, quelle que soit la pathologie. Comparativement à la paroi digestive, des taux d’ARNm de la CRP 150±90 fois plus élevés étaient détectés dans le TAM et la graisse sous-cutanée des malades RCH et des contrôles (p<0.01). En cas de MC, il existait une augmentation significative des taux mésentériques d’ARNm de la CRP par rapport aux malades RCH (80±40 fois, p<0.05) et aux contrôles (1450±750, p<0.01) mais également par rapport aux taux d'ARNm de la CRP mesurés dans la graisse sous-cutanée des mêmes malades (140±65, p = 0.04). L’expression protéique de la CRP par les adipocytes mésentériques était confirmée par immunohistochimie.

Conclusion

L’expression adipocytaire de la CRP est importante et inductible par divers stimuli inflammatoires. Ex vivo, la paroi digestive, saine ou lésée, synthétise peu de CRP dont la production locale provient essentiellement du tissu adipeux mésentérique. Au cours de la MC, l’augmentation de la CRP sérique pourrait être expliquée par la capacité particulière de ce tissu à synthétiser des quantités importantes de cette protéine.