JFHOD

P.242 - Facteur de risque de la maladie ulcéreuse gastro-duodénale symptomatique d’origine peptique : à propos d’une cohorte tunisienne monocentrique

B. Bouchabou, F. Ben Farhat, S. Nsibi, R. Ennaifer, H. Ben Nejma

Introduction

La maladie ulcéreuse gastroduodénale (MUGD) est une pathologie commune. Elle pose un problème de  santé publique en termes de cout et de répercussion sur la vie sociale et professionnelle. Elle est néanmoins très difficile à détecter et à diagnostiquer chez les patients asymptomatiques ou présentant une symptomatologie atypique.Le but de notre travail était de déterminer la prévalence de la MUGD symptomatique et asymptomatique dans notre population au décours d’une endoscopie haute diagnostique et d’identifier les facteurs de  risque de la présence de symptômes chez les patients atteints de MUGD.

Patients et Methodes

Nous avons mené une étude rétrospective incluant tous les patients ayant eu une endoscopie haute et chez qui on a objectivé un ulcère gastrique ou duodénal. Nous avons établi deux groupes (Groupe 1 :  patients présentant des symptômes typiques de MUGD versus Groupe 2 : patients ne présentant aucun symptôme évocateurs de MUGD ou ayant eu l’endoscopie haute au décours d’une autre pathologie).  Les paramètres étudiés étaient l’âge, le sexe, le tabagisme actif, l’éthylisme, la prise d’anti-inflammatoire non stéroïdien, l’infection par Helicobacter Pylori et les caractéristiques endoscopiques de l’ulcère). Un questionnaire a été donné à chaque patients concernant la présence ou non de symptômes avant la réalisation de la gastroscopie.

Résultats

Deux cent six patients ont été inclus dans notre étude. Cent quarante-quatre (69,9%) des patients présentaient des symptômes évocateurs de MUGD et 62 (30%) avaient une MUGD asymptomatique. L'âge supérieur à 60 ans, le sexe masculin,  le tabagisme actif et la présence d’une infection à Helicobacter Pylori étaient des facteurs de risque indépendants de la MUGD en général qu’elle soit symptomatique ou asymptomatique. L’utilisation des anti-inflammatoire non stéroïdiens (AINS) était un facteur de risque indépendant pour les ulcères symptomatiques uniquement (p= 0,031). En comparant les deux groupes les patients présentant des symptômes typiques de MUGD avaient des ulcères de plus grande taille et plus compliqués (p=0,0002, p=0,0041, respectivement). Une consommation d’alcool ≥ 2 par semaine et ≥ 10g/Jour était liée de façon significative à une MUGD symptomatique (p=0,022).

Discussion

Conclusion

L’utilisation des AINS étaient un facteur de risque d’une MUGD symptomatique. Une consommation excessive d’alcool et des ulcères gastriques ou duodénaux plus actifs et compliqués étaient reliés à la présence de symptômes révélateurs typiques de la MUGD.

Remerciements