JFHOD

C.047 - Facteur prédictifs de récidive tumorale après transplantation hépatique pour carcinome hépatocellulaire : analyse définitive d’une cohorte prospective de 371 patients (PHRC EFAPRE-TH-CHC)

T. Decaens, R. Adam, S. Dharancy, L. Sulpice, D. Samuel, E. Boleslawski, M. Latournerie, G.P. Pageaux, O. Scatton, S. Radenne, E. Savier, O. Soubrane, C. Vanlemmens, J. Hardwigsen, J. Gugenheim, C. Duvoux, N. Oubaya

Introduction

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est devenu la première cause de transplantation hépatique (TH) en France mais aussi dans la plupart des pays du monde. Les critères de sélection des malades sont basés sur des études rétrospectives de cohortes de malades transplantés. Ils sont principalement liés aux facteurs prédictifs de récidive tumorale qui sont liés à la survie des malades. Le but de notre travail était d’analyser les facteurs prédictifs de récidive tumorale à 24 mois de la transplantation hépatique, à partir d’une étude prospective de malades inscrits sur liste de TH pour CHC en France (PHRC national EFAPRE-TH-CHC).

Patients et Methodes

Etude prospective multicentrique avec 15 centres de TH français (PHRC national 2006-2011) (NCT01198704). L’objectif était d’inclure 400 malades inscrits sur liste de TH pour CHC afin de pouvoir analyser les données de 360 malades transplantés et de 320 malades soumis au risque de récidive tumorale. Les variables quantitatives sont présentées en moyenne± écart-type ou médiane avec l’IQR25-75. Les variables qualitatives sont présentées en pourcentage. L’analyse de survie globale a été effectuée par la méthode de Kaplan Meier et la survie sans récidive en analyse en risque compétitifs (de Fine and Grey) en considérant le décès comme événement compétitif.

Résultats

371 patients ont été inclus dans cette étude, 18 patients ont été inclus à tort. Parmi les 353 patients, 72 patients sont sortis de liste, dont 40 (55%) pour progression tumorale. 281 patients ont été transplantés, dont 90% d’hommes. Lors du gel de base en octobre 2021, tous les malades non décédés avaient été suivi plus de 5 ans. 45 patients ont présenté une récidive tumorale en post-transplantation.

En analyse univariée, les paramètres associés au risque de récidive tumorale étaient : à l’inscription : le score de MELD élevé ≥15 (HR=0.38), un score de Child B ou C (HR=0.47), le respect des critères de Milan (HR=0.41) et un nombre élevé de tumeur viable à l’imagerie (>3) (HR=3.34) ; lors de l’attente de TH : la réponse au traitement d’attente (HR=0.43) et la progression de plus de 7.5 ng/ml/mois d’AFP (HR=2.99) ; sur la pièce d’hépatectomie : le nombre de tumeurs viable (>3) (HR=2.28), la présence de nodules satellites ≥2 (HR=5.46), la présence d’une invasion microvasculaire (HR=2.83) et la présence d’une surcharge en fer dans le foie non tumoral (HR=2.01) ; dans le suivi post-greffe : un taux sérique d’AFP >10 à 6 mois de la transplantation hépatique (HR=2.99).

L’analyse multivariée sera présentée lors du congrès.

Discussion

Conclusion

Dans une population très sélectionnée de malades inscrit sur liste de transplantation hépatique avec un long temps d’attente sur liste, les paramètres relatifs à l’attente sur liste et l’analyse de l’explant hépatique semblent déterminant pour déterminer le risque de récidive tumorale post-TH.

Remerciements