JFHOD

CO.128 - Facteurs associés à la rechute après arrêt d'un traitement immunosuppresseur prolongé chez des patients atteints d'hépatite autoimmune : étude multicentrique rétrospective chez 62 patients

Y. Ben Merabet, C. Barbe, A. Heurgué, T. Thévenot, A. Minello, F. Habersetzer, D. Samuel, B. Bernard-Chabert, D. Weil, P. Renard, H. Clot, V. Di Martino, H. Louvet, S. Bresson-Hadni, G. Thiéfin

Introduction

Chez les patients atteints d'hépatite auto-immune (HAI), des taux de rechute  jusqu'à 90% ont été rapportés après arrêt du traitement immunosuppresseur exposant au risque de progression vers la cirrhose et ses complications. Les critères d'arrêt du traitement pour minimiser le risque de rechute sont mal définis.

L’objectif principal était d’évaluer chez des patients traités pour HAI avec une réponse biochimique prolongée le taux de rechute après arrêt thérapeutique et d'identifier les facteurs associés. Les objectifs secondaires étaient d’identifier les facteurs prédictifs de réponse histologique et d’évaluer l’évolution de la fibrose hépatique.

Patients et Methodes

Cette étude rétrospective a été menée  chez  des patients suivis pour HAI entre 1988 et 2018 dans 7 centres publics et privés de France. Etaient inclus les patients en rémission biochimique complète prolongée sous une première ligne de traitement et qui avaient une biopsie hépatique en fin de traitement ou qui stoppaient le traitement sans biopsie hépatique préalable. La réponse biochimique était définie comme la normalisation complète des transaminases et des gammaglobulines ou immunoglobulines (Ig) G sériques. La rechute étaut définie comme l'augmentation des transaminases ou des gammaglobulines/IgG au-dessus de la limite supérieure de la normale. La survenue d'une rechute a été analysée par la méthode de Kaplan Meier. Les facteurs prédictifs de la rémission histologique ont été analysés par une analyse uni et multivariée par régression logistique.

Résultats

Soixante-deux patients (47 femmes, âge médian : 44 ans, écart interquartile [32-54])  ont été inclus. Trente-neuf ont stoppé le traitement après une durée médiane de 64 mois [50-101]  parmi lesquels 24 avaient eu une biopsie avant l’arrêt : 21 avaient un score Metavir A0 et trois A1. La durée médiane de rémission biochimique complète avant arrêt thérapeutique était de 48 mois [36-74]. Au total, 7 patients ont rechuté dans un délai médian de 9,4 mois [2-16 ]. L'incidence cumulée de rechutes était de 12 % à 12 mois et 25% à 64 mois. Deux rechutes ont été observées parmi les 21 patients ayant un score Metavir A0, deux parmi les 3 patients ayant un score Metavir A1 à l'arrêt du traitement. Trois patients rechuteurs n’avaient pas eu de contrôle biopsique. En analyse univariée, la seule différence significative était une prévalence d'anticorps anti-muscles lisses plus élevée chez les rechuteurs que chez les répondeurs soutenus (100% versus 50%, p = 0.0053). Chez les 47 patients ayant eu une deuxième biopsie hépatique, 25 (53 %) avaient un score Metavir A0 et 22 (47 %) ≥ A1.  La durée médiane de traitement était de 64 mois [52-79 ]. Les patients A0 étaient plus âgés (médiane : 49 ans, [39-55])  que les patients A1 (médiane 36 ans [25-44], p=0.007). Ils avaient une fibrose hépatique initiale moins prononcée (72% versus 36.3% pour Metavir F<3, p=0.014) et une concentration sérique plus faible de transaminases AST à l’arrêt du traitement (médiane 0.57 N [0,48-0,71] versus 0.7 N [0,60-0.88], p=0.024). A l'analyse multivariée, les facteurs prédictifs indépendants de réponse histologique étaient l’âge plus avancé au diagnostic (OR=1,10, IC95% (1,02;1,18), P=0,009), une fibrose hépatique minime à modérée au diagnostic (OR=0,16, IC95% (0,03;0,91), p=0,038) et une concentration sérique plus faible de transaminases AST lors du contrôle biopsique (OR=0,004, IC95% (0,001;0,67), p=0,035). Concernant l'évolution de la fibrose, après un temps médian de rémission biochimique de 48,5 mois [38-71], le degré de fibrose hépatique était significativement amélioré (p = 0,007).

Discussion

Conclusion

 

Cette étude indique que le taux de rechute après arrêt du traitement chez les malades atteints d'HAI est limité (25% à 64 mois) lorsque le traitement est stoppé après une période prolongée de rémission biochimique et une réponse histologique complète. L'âge plus avancé, une fibrose hépatique initiale minime à modérée et des transaminases AST dans les valeurs basses de la normale en fin de traitement sont des facteurs prédictifs de la réponse histologique.

 

Remerciements