JFHOD

P.352 - Facteurs prédictifs de mortalité au cours des hémorragies digestives hautes : à propos de 363 cas

E.H. Ould Mahfoud, H. Omari, M. Tahiri Joutei Hassani, F. Haddad, W. Hliwa, A. Bellabah, W. Badre

Introduction

 L’hémorragie digestive haute (HDH) représente une urgence médicochirurgicale et un motif d’admission fréquent. Le pronostic reste péjoratif dans les formes graves et la mortalité globale demeure encore élevée (5 à 30%). Notre objectif est d’analyser les facteurs de risque de mortalité hospitalière chez les patients admis pour une hémorragie digestive haute (HDH)

Matériels et méthodes

Etude rétrospective concernant tous les patients admis dans notre service entre Janvier 2016 et Mars 2018. Nous avons relevé les paramètres anamnestiques, clinico-biologiques, endoscopiques et thérapeutiques. Ces données ont été utilisées pour déterminer les facteurs corrélés à la mortalité.

Résultats

363 patients ont été colligés, d’âge moyen de 55,46 ans [15-95 ans] prédominance masculine avec sex-ratio (H/F de 1,24). 33,7% des patients avaient une hépatopathie connue, un ATCD de maladie ulcéreuse gastroduodénale chez 3,5 % des patients.  21% des cas avaient une notion de prise médicamenteuse (AINS, AAP, AVK). 22,3% étaient tabagiques et 8,4 % alcooliques. Le motif d’hospitalisation était des hématémèses et des mélénas chez respectivement 84,3 % et 68,4% des patients. Seuls 3,8 % avaient des rectorragies. Le score de Rockall initial moyen était de   2,36 [0-6] et le score de Glasgow-blatchford moyen 10,77 [2-16]. Score de Meld  moyen 13,95 et le score de Child 8,22. L’étiologie du saignement était  liée à l’hypertension portale (43% des cas). 50% des patients avaient des étiologies non liées à  l'hypertension portale. Le score de Rockall complet moyen était de 4,3 [0-7]. Un traitement endoscopique (LVO, encollage, clip…)  était réalisé chez 166 patients soit 46% des cas. Le recours à la chirurgie était nécessaire chez 3% des patients. En ce qui concerne l’évolution, une récidive hémorragique a  été observée chez 15,7%. Le décès est survenu chez 7,4%. Les facteurs prédictifs de mortalité étaient : l’âge avance, antécédent d’hepatopathie, alcoolisme, présence de rectorragies a l’admission, le score de Rockall élève, le score de Glasgow-blatchford élève et la récidive hémorragique

Discussion

Conclusion

La mortalité globale dans notre étude était 7,4%. Les facteurs associés à cette mortalité étaient: âge avance, antécédent d’hepatopathie, alcoolisme, présence de rectorragies a l’admission, le score de Rockall, le score de Glasgow-blatchford, la récidive hémorragique

Remerciements