JFHOD

CO0 - Facteurs prédictifs de mortalité et morbidité après résection pour adénocarcinome de la jonction œso-gastrique

Sauvanet A, Mariette Christophe, Thomas P, Lozach P, Segol PH, Tiret E, Delpero Jean-Robert, Collet D, Leborgne J, Pradere B, Bourgeon A, Triboulet Jean-Pierre
Introduction

La résection des adénocarcinomes de la jonction oeso-gastrique (AJOG) est associée à une mortalité et une morbidité significatives, dont les facteurs prédictifs ont été peu étudiés. Le but de ce travail a été, à partir d'une série collective rétrospective, d'évaluer la mortalité et la morbidité après résection pour AJOG et de determiner leurs facteurs prédictifs, l'influence de l'effet-centre, et leur influence sur la survie à distance.

 

Patients et Méthodes

Les données individuelles de 1192 patients (âge moyen = 65 ± 11 ans) ayant eu une résection pour AJOG entre 1985 à 2000 ont été collectées. Une analyse multivariée par régression logistique pas à pas a été conduite pour identifier les variables associées de façon indépendante à la mortalité et la morbidité. Sept centres ont inclus au moins 50 patients chacun, pour un total de 757 (64 %) patients. La répartition du type de Siewert était : I = 480 (40 %), II = 500 (42 %), et III = 212 (18 %). La majorité des tumeurs de type I et II a été traitée par oesogastrectomie polaire supérieure (93 % et 58 % respectivement), avec un abord incluant une thoracotomie (82 % et 64 %, respectivement) ; les tumeurs de type III ont été traitées en règle par oesogastrectomie totale (83 %), par voie abdominale exclusive (69 %). Les anastomoses mécaniques ont été le plus souvent utilisées (60 %).

 

Résultats

Soixante-seize (6 %) patients sont décédés en post-opératoire, tous après résection R0 ou R1. Seuls un score ASA III-IV (p < 0,001) et la période étudiée (1985-1990) (p = 0,025) étaient prédictifs de mortalité. Au moins une complication est survenue chez 423 patients (35 %). Les facteurs prédictifs de morbidité globale étaient un score ASA III-IV (p < 0,001), un âge > 60 ans (p = 0,020), le sexe masculin (p = 0,039) et une anastomose cervicale (p = 0,001). Les facteurs prédictifs de fistule anastomotique (n = 104 patients, 9 %) étaient un score ASA III-IV (p = 0,006) et une anastomose manuelle (p = 0,010). Les facteurs prédictifs de complications pulmonaires majeures (n = 275 patients, 23 %) étaient un score ASA III-IV (p = 0,015), un âge > 60 ans (p < 0,001), un nombre d'opérés par centre > 50 (p < 0,001), une fistule anastomotique (p < 0,001), et la survenue de complications abdominales (p = 0,003). Après exclusion de la mortalité opératoire, la survie à distance n'était pas influencée par la morbidité post-opératoire.

 

Conclusion

Le score ASA est un facteur prédictif fiable et simple de mortalité, mais aussi de complications médicales et chirurgicales après résection pour AJOG. Dans cette série, la morbidité immédiate n'a pas influençé pas la survie à distance. Nos résultats ne suggèrent pas que les patients ayant un AJOG doivent être préférentiellement traités dans un centre « expérimenté ».